NOUVELLES
27/01/2012 11:01 EST | Actualisé 28/03/2012 05:12 EDT

Un projet d'attentat aurait été déjoué dans un collège américain

SALT LAKE CITY - Un massacre a peut-être été évité dans un lycée de l'Utah, dans le centre-ouest des États-Unis. Une élève alertée par un message texte a éventé le projet de deux camarades qui voulaient semble-t-il faire exploser une bombe lors d'une assemblée scolaire et s'enfuir avec un avion volé, selon la police.

Les autorités ont accusé vendredi Dallin Morgan, âgé de 18 ans, de possession d'une arme de destruction massive.

Elles ont affirmé que les deux garçons détenaient des plans détaillés de l'école et avaient prévu tenter s'emparer d'un avion dans un aéroport à proximité. Les élèves ont dit à la police avoir appris à piloter sur un simulateur de vol sur leurs ordinateurs portables.

Bailey Gerhardt, 16 ans, a déclaré au journal «The Salt Lake Tribune» daté de vendredi qu'elle avait reçu un SMS (court message écrit) de l'un des deux suspects sur son téléphone portable, disant: «Si je te disais de rester chez toi un certain jour, tu le ferais?», et qu'elle en avait informé l'administration scolaire de Roy High School.

Dallin Morgan et un camarade de 16 ans dont l'Associated Press ne peut mentionner l'identité étant donné qu'il est mineur, ont été arrêtés mercredi.

«C'est une élève très courageuse qui a réagi (...) On aurait pu avoir une catastrophe», a estimé la porte-parole de la police de Roy, Anna Bond.

D'après Bailey Gerhardt, son camarade de 16 ans était en colère d'avoir été quitté par sa petite amie et lui avait dit qu'il s'intéressait au massacre de 1999 au lycée Columbine du Colorado. Deux élèves de 17 et 18 ans avaient ouvert le feu dans l'établissement, tuant 13 personnes, dont 12 camarades, et en blessant 26 autres avant de se suicider.

Le jeune homme était si «fasciné» qu'il avait visité Columbine et interrogé le principal. Le principal, Frank DeAngelis, a confirmé avoir rencontré l'adolescent le 12 décembre, selon la police de Roy.

Le duo préparait son attentat contre le Roy High School «depuis des mois» et avait esquissé les plans d'un engin pouvant «faire autant de mal que possible aux élèves et à l'établissement», qui compte environ 1500 lycéens, a rapporté le chef de la police locale, Gregory Winham.

Les deux suspects possédaient «une connaissance parfaite des systèmes de sécurité et des plans de l'école. Ils savaient où se trouvaient les caméras de sécurité. Leur projet initial consistait à faire sauter les explosifs pendant une assemblée. Nous ne savons pas quand, mais ils préparaient cela depuis des mois», a affirmé Anna Bond. Les autorités scolaires ont déclaré qu'aucune assemblée n'était prévue dans un avenir proche.

Le FBI examine les ordinateurs des deux jeunes gens tandis que la police locale et des agents fédéraux ont perquisitionné l'école, deux véhicules appartenant aux garçons et leurs domiciles respectifs, sans trouver d'explosifs.

L'un des deux suspects, Dallin, a déclaré à la police que son complice présumé avait déjà fabriqué une bombe artisanale avec de la poudre à fusil et du carburant de modélisme.

Les deux adolescents avaient en outre passé des centaines d'heures sur des simulateurs de vol sur leur ordinateur et comptaient s'emparer d'un avion à l'aéroport Ogden Hinckley après l'attentat, selon Mme Bond.

Le mineur du duo aurait envoyé un SMS à un ami disant: «Nous allons tuer et nous envoler pour un pays qui ne nous renverra pas aux États-Unis», d'après la demande de mandat d'arrêt de la police datée de mercredi.

Les deux garçons sont aussi accusés pour «conspiration en vue de commettre une destruction massive». «Les parents se sont réveillés en plein cauchemar (...) Ils sont très coopératifs», assure Anna Bond.

Les enquêteurs tentent de déterminer à quel point les suspects étaient près d'accomplir une attaque qu'ils disaient inspirée par la tragédie de Columbine.

Dallin Morgan a été libéré sous caution.