NOUVELLES
27/01/2012 11:49 EST | Actualisé 28/03/2012 05:12 EDT

Libye: l'ONU demande que le conseil de transition prenne le contrôle des prisons

MISRATA, Libye - Le gouvernement de transition en Libye doit prendre le contrôle de tous les centres de détention du pays pour empêcher de nouveaux abus contre les prisonniers, a déclaré vendredi le Haut Commisssaire de l'ONU pour les droits de l'homme, Navi Pillay.

D'anciennes milices rebelles détiennent jusqu'à 8000 prisonniers dans une soixantaine de centres de détention en Libye, selon Mme Pillay. «Il y a de la torture, des exécutions extrajudiciaires, des viols d'hommes et de femmes» dans ces prisons, a-t-elle déclaré à l'Associated Press.

Mme Pillay se dit particulièrement préoccupée par le sort des détenus d'Afrique sub-saharienne, soupçonnés d'avoir été des mercenaires de Mouammar Kadhafi par les anciennes brigades révolutionnaires.

Médecins sans frontières a annoncé jeudi la suspension de ses activités dans les prisons de Misrata, car les détenus y sont «victimes de tortures et ne peuvent recevoir des soins médicaux d'urgence», souligne l'ONG dans un communiqué.

L'organisation de défense des droits de l'homme Amnistie internationale a de son côté fait état jeudi de mauvais traitements répandus contre les détenus dans d'autres villes ayant conduit à la mort de plusieurs prisonniers.

Trois mois après la mort de Mouammar Kadhafi, capturé et tué lors de la chute de sa ville natale de Syrte le 20 octobre, ces accusations constituent un motif d'embarras pour le Conseil national de transition (CNT), au pouvoir, qui tente d'établir son autorité sur un pays divisé.

Mme Pillay, qui a informé mercredi le Conseil de sécurité de l'ONU de la situation en Libye, estime que le gouvernement de transition libyen aura besoin d'aide pour prendre le contrôle des prisons et les gérer convenablement. «Il faut faire quelque chose immédiatement pour aider les autorités afin que l'État prenne le contrôle de ces centres de détention», a-t-elle déclaré.