NOUVELLES
27/01/2012 06:08 EST | Actualisé 28/03/2012 05:12 EDT

Canadienne détenue au Mexique pour complot: les parents ont visité leur fille

MEXIQUE, Mexique - Les parents d'une Canadienne accusée d'avoir comploté pour faire entrer un fils de Mouammar Kadhafi au Mexique ont déclaré avoir été choqués de voir leur fille emprisonnée au Mexique, pressant le gouvernement fédéral d'intervenir en sa faveur.

Cynthia Vanier est accusée par les autorités mexicaines d'avoir planifié l'entrée illégale au Mexique d'Al-Saadi Kadhafi, l'un des fils du défunt dictateur libyen. Elle n'a toutefois pas encore été accusée d'aucun chef d'accusation, bien qu'elle soit emprisonnée depuis le 10 novembre.

Ses parents, John et Betty MacDonald, ont pu rendre visite à leur fille pour la première fois cette semaine depuis son arrestation, et ont décrit la prison où elle se trouve comme un endroit intimidant, entouré de fil de fer barbelés, avec des chiens renifleurs et des gardes armés.

Les MacDonald rejettent toutes les allégations visant leur fille, ajoutant que si les autorités n'avaient pas encore été en mesure de trouver une preuve pour l'accuser, Ottawa devrait demander sa libération.

Il a fallu plusieurs semaines avant que le couple ne rassemble les papiers nécessaires pour lui rendre visite, et les MacDonald ont ajouté s'inquiéter de la santé de leur fille, qui souffre de problèmes de reins et de haute pression.

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères s'est contenté d'indiquer qu'Ottawa était en contact avec le Mexique et avait fourni de l'aide à la famille.

John Babcock a ajouté que les Canadiens voyageant à l'étranger sont assujettis à la loi du pays visité.

Des représentants mexicains ont fait savoir vendredi que l'affaire ne présentait aucun développement jusqu'à présent, ajoutant ne pas s'attendre à aucune nouvelle d'ici la fin de la peine actuelle de détention de Mme Vanier, qui doit expirer la semaine prochaine.

Kadhafi a nié avoir tenté de s'enfuir au Mexique. Il a quitté la Libye plus tôt cette année après la chute du régime de son père, et le Niger lui a donné le statut de réfugié.