NOUVELLES
26/01/2012 03:41 EST | Actualisé 27/03/2012 05:12 EDT

Sables bitumineux: les groupes écologistes et autochtones sont des «adversaires»

EDMONTON - Le gouvernement fédéral considère les groupes écologistes et autochtones comme des «adversaires» dans le dossier des sables bitumineux, selon ce que révèle des documents obtenus en vertu de la Loi d'accès à l'information.

Les documents, qui sont datés du mois de mars 2011 et qui ont été rendus publics par Greenpeace jeudi, décrivent la stratégie médiatique du gouvernement pour combattre l'opposition de l'Europe aux sables bitumineux canadiens.

L'objectif visé par cette stratégie est de remodeler le débat européen entourant cette industrie «de façon à protéger et faire progresser les intérêts canadiens en lien avec les sables bitumineux, de même que les intérêts canadiens dans leur ensemble» sur le Vieux Continent.

On y parle également de faire connaître aux Européens la manière dont le gouvernement canadien collabore avec les Autochtones, de même que son «solide» processus de réglementation et la façon dont la technologie peut minimiser les impacts de l'industrie des sables bitumineux.

Les documents contiennent aussi une liste «d'alliés» et «d'adversaires». Au nombre des «alliés» figurent les groupes industriels, les gouvernements et l'Office national de l'énergie. Dans la colonne «adversaires», on retrouve les groupes écologistes et autochtones.

Un porte-parole de Greenpeace, Keith Stewart, affirme que ces documents prouvent qu'aux yeux des conservateurs de Stephen Harper, le monde est séparé entre amis et ennemis, et qu'ils ne sont nullement intéressés à travailler avec ceux qui ne partagent pas leurs opinions. Il ajoute que le gouvernement fédéral privilégie la méthode du noir ou blanc dans sa façon de faire de la politique.

Les documents ont été transmis en même temps que le procès-verbal de trois pages d'une rencontre, en mars 2010, entre de hauts responsables du ministère des Ressources naturelles, du gouvernement albertain et de l'Association canadienne des producteurs pétroliers.