NOUVELLES
25/01/2012 04:51 EST | Actualisé 26/03/2012 05:12 EDT

France Bédard est déboutée dans sa cause contre l'archevêché de Québec

QUÉBEC - La présidente de l'Association des victimes de prêtres, France Bédard, qui affirme avoir été violée par un vicaire il y a plus de 45 ans, a été déboutée par la Cour supérieure dans sa poursuite contre l'archevêché de Québec.

Au palais de justice de Québec, mercredi, le juge Édouard Martin en est venu à la conclusion que le délai de prescription de trois ans prévu par la loi pour intenter une poursuite avait été dépassé.

En se basant sur les preuves présentées au cours du procès, le juge a estimé que la femme de 64 ans savait depuis au moins 1996 qu'elle pouvait intenter une procédure judiciaire.

Mme Bédard avait intenté une poursuite de 200 000 $ contre l'archevêché de Québec ainsi que la succession d'Armand Therrien, qui l'aurait violée en 1965, alors qu'elle était âgée de 17 ans et travaillait au presbytère de Saint-Marc-des-Carrières, dans Portneuf.

France Bédard affirmait que, même si elle a eu plusieurs relations sexuelles avec le vicaire, elle n'était pas en amour avec lui. La plaignante disait être vulnérable à l'époque et que l'ex-vicaire a profité de la situation.

Par ailleurs, le juge Martin ne retient aucune responsabilité contre l'archevêché, qui n'avait aucun moyen de connaître le fait qui a donné lieu à la poursuite. Il a aussi évalué que l'acte fautif n'avait rien à voir avec l'exécution du travail d'un vicaire dans une paroisse.

Armand Therrien avait subi son enquête préliminaire et avait été cité à procès pour des accusations de viol et d'attentat à la pudeur, mais il est mort en février 2008, deux semaines avant de subir son procès.

Mme Bédard a donc dirigé sa poursuite civile contre l'archevêché de Québec et contre la succession de l'accusé.