NOUVELLES
24/01/2012 04:31 EST | Actualisé 24/03/2012 05:12 EDT

Libération conditionnelle prochaine d'Abdelhamid Hakkar, détenu depuis 1984

PARIS - Le tribunal d'application des peines de Colmar (Haut-Rhin) a accordé le 12 janvier une libération conditionnelle, avec placement sous bracelet électronique, à Abdelhamid Hakkar, détenu depuis 1984 et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre d'un policier, a annoncé mardi son avocate, Me Marie-Alix Canu-Bernard.

Cette libération conditionnelle sera effective à compter du 20 mars, a précisé l'avocate. La décision est définitive, le parquet n'ayant pas fait appel.

Abdelahamid Hakkar est incarcéré depuis le 2 février 1984. Il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité avec une peine de sûreté de 16 ans pour viol avec arme et assassinat d'un policier.

Le tribunal d'application des peines, explique Me Canu-Bernard dans un communiqué, "a considéré les efforts sérieux de réadaptation sociale et l'évolution de son attitude pour juger que la demande de libération conditionnelle avec bracelet était la mesure la plus adaptée à la situation de M. Hakkar (...) tant il est vrai qu'on ne parvient plus à trouver de sens à l'incarcération du requérant en établissement pénitentiaire".

Cette décision "est en conformité avec notre droit et surtout avec la personnalité de M. Hakkar qui n'avait plus rien à faire en détention ", selon Me Canu-Bernard.

En 2006, Abdelhamid Hakkar faisait partie des 10 détenus de la centrale de Clairvaux (Aube) ayant demandé au ministre de la Justice de l'époque, Pascal Clément, le rétablissement de la peine de mort pour les longues peines plutôt que de rester indéfiniment en prison. AP

pas/ll