NOUVELLES
24/01/2012 06:17 EST | Actualisé 25/03/2012 05:12 EDT

Le réalisateur grec Theo Angelopoulos a été tué dans un accident de la route

ATHENES, Grèce - Theo Angelopoulos, un réalisateur grec acclamé et connu pour son style lent et onirique, a été tué dans un accident de la route mardi, alors qu'il travaillait sur son prochain film. Il avait 76 ans.

Les policiers et les responsables hospitaliers ont confirmé que M. Angelopoulos a subi de graves blessures à la tête et est décédé à l'hôpital après avoir été heurté par une motocyclette en traversant la rue près du lieu de tournage, à Athènes.

Le conducteur, qui a aussi été blessé et hospitalisé, a été identifié comme un agent de police en congé.

L'accident s'est produit alors que le réalisateur grec travaillait sur son prochain film «L'autre mer».

M. Angelopoulos a gagné de nombreux prix pour ses films, principalement dans les festivals européens, au cours d'une carrière qui a duré plus de 40 ans.

En 1995, il reçoit le Grand Prix au Festival de films de Cannes pour «Le Regard d'Ulysse», mettant au vedette l'acteur américain Harvey Keitel. Trois ans plus tard, en 1998, son film «L'Éternité et un jour» remporte le plus prestigieux prix à Cannes, la Palme d'Or.

Né à Athènes en 1935, M. Angelopoulos vit l'occupation nazie en Grèce pendant la Deuxième Guerre mondiale, puis la guerre civile grecque, entre 1946 et 1949, deux thèmes qui se retrouveront souvent dans son travail.

Il suit des cours de droit à l'université d'Athènes, mais perd éventuellement l'intérêt et déménage en France pour étudier le cinéma à Paris. Après son retour en Grèce, il travaille comme critique de film pour un petit journal de gauche. Il commence à réaliser des films pendant la dictature, entre 1967 et 1974.

D'un naturel doux mais refusant les compromis, les films souvent tristes et lents de M. Angelopoulos abordaient beaucoup les turbulences de l'histoire récente de la Grèce: la guerre, l'exil, l'immigration et les divisions politiques.

Dans une rare entrevue télévisée l'année dernière, M. Angelopoulos avait affirmé que son prochain film porterait sur la crise financière grecque et avait appelé les rivaux politiques à travailler ensemble pour résoudre la crise.

«Je reste un gauchiste totalement confus», avait-il déclaré sur les ondes du réseau NET, des mois avant que les deux partis rivaux n'acceptent de former une coalition.

«C'est une situation d'urgence. Nous devons le réaliser. Alors nous devons examiner ce qui peut être fait — la droite comme la gauche. C'est mon plaidoyer», avait-il ajouté.

«J'ai peur de ce que demain apportera.»