NOUVELLES
24/01/2012 05:12 EST | Actualisé 25/03/2012 05:12 EDT

Le NPD ne changera pas sa stratégie malgré des sondages peu favorables

OTTAWA - Nycole Turmel ne voit pas pourquoi le Nouveau Parti démocratique devrait changer de stratégie au Parlement, malgré les résultats mitigés du NPD dans un nouveau sondage, et le fait que le Parti libéral, deuxième opposition à Ottawa, semble voler la vedette à l'opposition officielle.

La chef intérimaire du NPD a affirmé mardi à Ottawa qu'il est faux de croire que son parti risque d'être éclipsé par les libéraux, autant dans les sondages que dans la Chambre des communes.

Toutefois, à quelques jours de la rentrée parlementaire, un sondage Harris-Décima mené pour La Presse Canadienne suggère que les libéraux ont fait des gains depuis leur défaite sans précédent de mai dernier, alors que le Parti conservateur et le NPD ont perdu des plumes.

Le sondage révèle que les conservateurs recueillent 32 pour cent d'appuis, en baisse de près de huit points depuis mai. Le NPD, quant à lui, aurait perdu deux points, pour recueillir le soutien de 29 pour cent des répondants. De leur côté, les libéraux ont engrangé six points supplémentaires et obtenu la faveur de 25 pour cent des Canadiens interrogés.

Au Québec, le NDP trône toujours en tête, avec 32 pour cent de l'appui populaire, mais en baisse de près de 10 points par rapport aux résultats des dernières élections générales. Le Bloc québécois se classe toujours bon deuxième, récoltant 22 pour cent du soutien. Le Parti libéral et le Parti conservateur ont gagné des plumes, totalisant respectivement 19 et 18 pour cent des appuis.

Le sondage téléphonique a été mené auprès de 2009 Canadiens entre le 12 et le 22 janvier. La marge d'erreur est 2,2 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Mme Turmel a soutenu que les Canadiens sont heureux de la façon dont les néo-démocrates forcent les conservateurs à rendre des comptes, et qu'il n'y a donc pas lieu de changer d'approche.

«Nous allons continuer de la façon dont nous avons agi à l'automne», a-t-elle indiqué aux journalistes à la sortie d'un caucus néo-démocrate.

Mme Turmel a pris à la légère les hypothèses selon lesquelles le petit caucus libéral, mené par un chef intérimaire expérimenté, Bob Rae, porterait ombrage à son parti, formé largement de recrues.

«Je reviens du Québec. Ce n'est pas ce que j'ai entendu au Québec et ailleurs, c'est la même chose. Nos députés reviennent de la période de Noël et ils disent tous la même chose. Ils ont rencontré les gens de leur circonscription et ceux-ci sont heureux de leur travail.»