NOUVELLES
24/01/2012 03:27 EST | Actualisé 25/03/2012 05:12 EDT

Le directeur du Fonds mondial de lutte contre le sida démissionne

PARIS - Le directeur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (FMSTP), le Français Michel Kazatchkine, a annoncé sa démission mardi, alors que des donateurs avaient suspendu leur contribution en raison de problèmes d'utilisation des fonds et de corruption dans plusieurs pays bénéficiaires.

Le Dr Kazatchkine justifie sa démission, effective au 16 mars, par la décision prise en novembre par le conseil d'administration du FMSTP «de nommer, sous son autorité directe, un directeur général chargé de superviser la mise en oeuvre du Plan de transformation consolidé».

«Je ne doute pas que (cette décision) ait été prise dans le meilleur intérêt du Fonds mondial mais j'en suis venu à la conclusion qu'il m'était impossible, dans ces circonstances, de rester à mon poste de directeur exécutif», explique-t-il dans un communiqué.

Le directeur général a été nommé à l'issue d'une enquête interne déclenchée par des articles publiés par l'Associated Press l'an dernier. Le Fonds, créé il y a dix ans, gère un total de 22,6 milliards $.

Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déploré la démission du directeur. «La France regrette vivement le départ en mars 2012 du professeur Michel Kazatchkine, élu pour un premier mandat en mai 2007 et qui avait été reconduit jusqu'en avril 2014.»

M. Juppé a exprimé «la reconnaissance des autorités françaises pour l'engagement exceptionnel et pour le remarquable travail que le professeur Kazatchkine aura accompli pendant près de cinq ans, établissant le Fonds mondial comme l'instrument international le plus efficace pour lutter contre ces trois pandémies meurtrières».

«À l'origine de la création du Fonds mondial en 2002 et à ses côtés depuis cette date, la France en est le deuxième contributeur, avec 360 millions d'euros par an, en augmentation de 20 pour cent pour la période 2011-2013», souligne le ministre. «La France réitère son attachement à la poursuite de l'action du Fonds mondial, qui doit plus que jamais recevoir l'appui de tous les donateurs et développer des actions toujours plus efficaces.»