NOUVELLES
23/01/2012 02:56 EST | Actualisé 24/03/2012 05:12 EDT

Libye: des forces loyales au régime kadhafiste attaquent la ville de Bani Walid

BENGHAZI, Libye - Des forces loyales à feu le dictateur libyen Mouammar Kadhafi ont mené une série d'attaques dans diverses villes du pays, lundi tuant sept soldats ayant contribué à renverser l'ancien gouvernement, ont indiqué des responsables et des résidants.

Les affrontements violents dans cette ville située à 140 kilomètres au sud-est de Tripoli surviennent au moment où les nouveaux dirigeants du pays essaient d'écraser les dernières forces pro-Kadhafi et d'unir un pays profondément divisé après huit mois de guerre civile et 40 ans de dictature.

Réparties, les attaques ont été perpétrées à Bani Walid, à Tripoli, la capitale, et dans la ville orientale de Benghazi, où ont pris naissance les soulèvements contre Kadhafi il y a environ un an. On ignorait, toutefois, si les attaques avaient été synchronisées.

Les premiers gestes de violence ont eu lieu à Bani Walid, où les combattants pro-Kadhafi ont maintes fois martyrisé les révolutionnaires libyens.

Mahmoud al-Warfali, un porte-parole de la brigade révolutionnaire à Bani Walid, a déclaré qu'au moins quatre de ses soldats avaient été tués dans la ville occidentale, l'un des derniers bastions de l'ancien régime à tomber sous les attaques des révolutionnaires.

Il a ajouté qu'environ 150 combattants fidèles au régime de Kadhafi ont fait flotter son ancien drapeau vert à la porte nord de la ville et continuent à combattre les forces révolutionnaires dans les rues, à l'aide de lance-grenades et de fusils d'assaut AK-47.

«Ce sont les derniers soldats des troupes de Kadhafi ayant tenté de renverser la ville, a déclaré M. al-Warfali. Ils ont entrepris des actions semblables dans le passé et tenté de s'emparer du contrôle du bureau du gouvernement intérimaire, mais Dieu soit loué, nous avons réussi à leur résister.»

En fin de soirée, lundi, trois militaires ont été tués par des membres des forces pro-Kadhafi à Benghazi, selon le commandant d'unité Abdel-Basit Haroun. La ville a servi de quartier général des leaders révolutionnaires pendant la guerre civile.

Abdel-Rahman al-Soghayar, un commandant du nouveau régime à Tripoli, a confié que des fusillades étaient également survenues dans plusieurs secteurs de la capitale lundi soir, forçant les résidants à demeurer à l'intérieur et les magasins à fermer leurs portes plus tôt.

Un résidant de la ville précise que la violence a éclaté lundi matin quand des hommes fidèles à l'ancien régime s'en sont pris aux combattants révolutionnaires après l'arrestation d'un des leurs. Les combats auraient éclaté autour de la base de la brigade révolutionnaire avant de se propager à d'autres quartiers de la ville.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!