NOUVELLES
23/01/2012 12:06 EST | Actualisé 24/03/2012 05:12 EDT

Le nouveau chef de la diplomatie marocaine en visite à Alger

Le tout nouveau chef de la diplomatie marocaine Saâd-Eddine El Othmani, est arrivé lundi à Alger pour une visite de deux jours, à l'invitation de son homologue algérien, Mourad Medelci qui l'a accueilli à sa descente d'avion.

Dans une déclaration à la presse à son arrivée, M. El Othmani a souligné la nécessité de "redynamiser la coopération bilatérale par des programmes de travail sur le terrain"n inscrivant sa visite dans le cadre d'"une volonté commune" de tirer avantage de la nouvelle donne régionale pour "insufler une nouvelle dynamique aux relations bilatérales et les approfondir davantage".

Il s'est également prononcé en faveur de "l'élargissement des relations algéro-marocaines à de nouveaux secteurs", soulignant la nécessité de la concertation dans la relance de l'Union du Maghreb arabe et de ses institutions.

"Nous sommes aujourd'hui conscients que des mutations sont survenues dans certains pays de l'UMA, des changements à même de nous offrir une meilleure opportunité d'aplanir les entraves à la complémentarité et à l'intégration maghrébine", a-t-il ajouté.

Dimanche, le porte-parole du ministère algérien des affaires étrangères Amar Bélani expliquait pour sa part que cette visite s'inscrivait dans le cadre de " la dynamique constructive engagée par les deux pays (...) pour raffermir les liens de fraternité et de coopération qui unissent les deux peuples frères".

La dimension symbolique est présente dans cette visite, la première que M. Othmani effectue en tant que ministre des affaires étrangères depuis sa nomination à ce poste par le roi Mohammed VI. La dernière visite d'un chef de la diplomatie marocaine remontait à juin 2003, effectuée à l'époque par Mohamed Ben Aissa.

Les relations bilatérales ont connu ces derniers mois une certaine détente, avec des signaux positifs d'Alger et de Rabat à la faveur des changements politiques intervenus dans la région.

La question que se pose les observateurs est de savoir si la visite de Othmani, figure majeure au sein du PJD, vainqueur des dernières législatives au Maroc, est en mesure de remettre définitivement sur rails les relations entre l'Algérie le Maroc, enlisées depuis 1975 dans le conflit du Sahara occidental.

L'Algérie, principal soutient du Front Polisario, qui réclame l'indépendance des territoires sahraouis est favorable à un référendum d'autodétermination, tandis que le Maroc est partisan d'une large autonomie des ces territoires, mais dans le cadre de la souveraineté du royaume. AP

xoao/nc

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!