NOUVELLES
23/01/2012 04:13 EST | Actualisé 23/03/2012 05:12 EDT

Hollande: "un discours à l'ancienne, manichéen", selon Guaino

PARIS - Le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande a prononcé dimanche au Bourget "un discours à l'ancienne, manichéen", a jugé lundi Henri Guaino, la plume de Nicolas Sarkozy.

Lors de son premier grand meeting de campagne, François Hollande a démontré qu'il avait "la stature d'un candidat" mais pas celle d'un chef de l'Etat, a jugé le conseiller spécial du président de la République, reprochant au socialiste d'avoir une "approche exclusivement partisane". "Un président de la République, pour moi, ce n'est pas quelqu'un qui fait gagner son parti, c'est quelqu'un qui fait gagner la France", a-t-il sermonné.

"Dans ces élections, ce n'est le choix de la droite contre la gauche, c'est le choix entre M. Hollande, M. Sarkozy et puis d'autres candidats", a-t-il analysé, alors que le président n'a pas encore annoncé officiellement qu'il briguerait un second mandat.

Henri Guaino a comparé François Hollande à Guy Mollet, longtemps secrétaire général de la SFIO avant de diriger le gouvernement (1956-57). "C'est un homme respectable, qui a l'expérience, la compétence, (mais) qui n'est pas à la hauteur des circonstances et il sera un président du conseil désastreux. Ce n'est pas la qualité de l'homme qui est en cause. C'est que sa conception de la politique n'est pas à la hauteur des circonstances".

Selon lui, "cette conception que M. Hollande se fait de la politique, c'est-à-dire l'idée qu'il faut mettre d'accord les courants, les sous-courants (...), n'est pas à la hauteur des circonstances".

Le conseiller de Nicolas Sarkozy a par ailleurs considéré le candidat socialiste était "l'héritier d'une gauche soixante-huitarde qui nous a menés là où nous en sommes". AP

cb/ljg

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!