NOUVELLES
23/01/2012 08:45 EST | Actualisé 24/03/2012 05:12 EDT

Égypte: les membres du nouveau Parlement sont entrés en poste lundi

LE CAIRE, Égypte - La première semaine du premier parlement démocratique de l'Égypte depuis 60 ans a démarré sur les chapeaux de roue, lundi.

Les législateurs islamistes ont ajouté des références religieuses lors du serment d'entrée en poste. Les plus libéraux ont aussi improvisé, ajoutant un engagement à protéger la «révolution» qui a détrôné l'ancien dirigeant Hosni Moubarak.

L'ouverture de la session parlementaire a été en contraste avec celles des dernières décennies, alors que les Égyptiens savaient que les élus qui entraient en poste y accédaient grâce à des élections frauduleuses mises en scène par les autorités, dont la police, pour assurer que le parti remporte une majorité confortable.

Ce temps est révolu. La nouvelle assemblée a été élue lors d'un scrutin de six semaines qui a commencé le 28 novembre dernier. Les Frères musulmans, un parti islamiste qui constituait le groupe politique le plus organisé et le plus important du pays de 85 millions d'habitants, ont remporté 70 pour cent des 508 sièges du Parlement.

La priorité de la chambre sera d'élire un comité de 100 membres chargé de rédiger la constitution, qui sera ensuite soumis à l'approbation de la population par référendum.

L'étape suivante sera l'élection d'un président, qui doit se tenir avant la fin du mois de juin, alors que les militaires ayant pris la relève après la chute de Moubarak doivent se retirer.

Les législateurs sont entrés en fonction alors que l'Égypte semble divisée et découragée. Depuis la chute de Moubarak, l'économie a souffert. La situation a fait mal au tourisme et les réserves de devises étrangères ont fondu.

Des milliers de personnes de tous les horizons politiques ont manifesté près du Parlement pour exprimer leurs doléances et leurs attentes envers les membres de la chambre.

Plusieurs demandaient le départ des militaires, tandis que d'autres remettaient en question la légitimité de la chambre ou dénonçaient les politiques islamistes.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!