NOUVELLES
23/01/2012 11:01 EST | Actualisé 24/03/2012 05:12 EDT

Dépenses au G8: le NPD demande au ministre Clement de se livrer aux autorités

OTTAWA - Le Nouveau Parti démocratique (NPD) presse Tony Clement de se livrer à la police, brandissant des notes rédigées par un haut fonctionnaire fédéral qui, selon l'Opposition officielle, font mentir le ministre conservateur concernant les dépenses de 50 millions $ du sommet du G8 en 2010.

Les députés néo-démocrates Alexandre Boulerice et Charlie Angus ont lancé cet appel lundi, à Ottawa, après avoir obtenu, grâce à la loi d'accès à l'information, des notes écrites par Tom Dodds, haut fonctionnaire de la «FedNor», l'agence fédérale de développement régional pour le Nord de l’Ontario.

Ces notes indiquent que c'est le ministre Clement lui-même qui a décidé quels projets recevraient des fonds et lesquels seraient rejetés. Le ministre conservateur a toujours clamé avoir agi selon les règles lors de la tenue du sommet du G8, à Huntsville, une localité de sa circonscription.

Le député Boulerice a aussi accusé le ministre Clement, actuellement président du Conseil du trésor, d'avoir menti devant un comité parlementaire qui a entendu l'affaire en novembre dernier.

«M. Clement nous a répété à deux reprises, lors de son témoignage devant un comité parlementaire des comptes publics, qu'il n'avait jamais été impliqué dans le processus de sélection. Le mémo, qui vient d'Industrie Canada, est la preuve que M. Clement nous a trompé de manière délibérée», a lancé le député de Rosemont-Petite-Patrie.

«Il est évident qu'un camouflage a été fait et que le vérificateur général a été trompé», a renchéri le député Angus.

Le ministre Clement a rétorqué en écrivant sur le fil Twitter que le NPD, «comme à son habitude, confond les termes 'recommander' et 'choisir'». La porte-parole du ministre, Jenn Geary, a par la suite indiqué que M. Angus ne faisait que recycler un fait connu de tous, à savoir que M. Clement avait «recommandé des projets» au ministre responsable des Infrastructures de l'époque, John Baird.

M. Clement avait toutefois insisté, devant le comité parlementaire, sur le fait qu'il n'avait joué aucun rôle dans l'affaire — pas même celui de recommander les projets qui devraient être financés.

Il avait déclaré, en novembre dernier, qu'il n'avait fait qu'acheminer au ministre Baird la liste des demandes des maires de son comté de Parry Sound-Muskoka pour 50 millions $ en projets divers. Le cabinet du ministre Baird avait le dernier mot en matière de sélection des projets pouvant recevoir des fonds.

Mais cette affirmation est directement contestée par les notes du fonctionnaire Todds. Il y indique que son agence, FedNor, a aidé le cabinet du ministre Clement à préparer des lettres avertissant les municipalités que la majeure partie de leurs 242 propositions ne recevraient pas de fonds. Les candidats bredouilles étaient prévenus que leurs projets ne seraient pas relayés au ministre Baird.

«Finalement, une fois que le cabinet du ministre Clement eut fourni la liste des projets recommandés au cabinet du ministre Baird, les représentants de FedNor ont transféré la liste des projets aux responsables d'Infrastructure Canada. L'ensemble des 242 soumissions de projet ont été envoyés, incluant les 32 projets recommandés par le ministre Clement», indique-t-on dans la note.

«Mon interprétation est que le cabinet du ministre Clement a avisé Infrastructure Canada des projets devant être financés par le fonds du G8, et que son personnel a préparé les accords de contribution requis pour ces projets», a écrit M. Todds dans un courriel du 13 janvier 2010.

Le ministre Clement avait soutenu par le passé qu'il avait simplement agi comme intermédiaire entre les maires de son comté et le cabinet du ministre Baird, admettant qu'il lui aurait été interdit de participer au processus de distribution de ces millions de dollars.

Le fonds de 50 millions $, dont la légitimité a été remise en question depuis le sommet du G8, a servi à construire des pavillons de jardin ou des toilettes publiques, et à améliorer trottoirs et parcs un peu partout dans le comté du ministre Clement, parfois à des kilomètres de l'endroit où s'est tenu le sommet.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!