DIVERTISSEMENT
23/01/2012 05:29 EST | Actualisé 24/03/2012 05:12 EDT

Avant-première parisienne pour Café de Flore, du réalisateur Jean-Marc Vallée

PARIS - Une avant-première en présence de l'actrice Vanessa Paradis et du réalisateur Jean-Marc Vallée a marqué lundi soir à Paris le lancement de la carrière française de «Café de Flore». Le long métrage québécois prend l'affiche mercredi sur plus d'une centaine d'écrans à travers le pays.

L'événement s'est tenu au cinéma UGC du Carrefour de l'Odéon, en plein coeur de la capitale française. Environ 600 invités répartis dans deux salles y ont assisté. Le réalisateur et ses acteurs sont arrivés ensemble. Entouré des vedettes du film, notamment Vanessa Paradis, Kevin Parent et Evelyne Brochu, Jean-Marc Vallée s'est adressé aux spectateurs avant la projection.

«C'est un grand moment pour nous. Je suis très heureux d'être à côté de cette grande dame qui m'a beaucoup ému. J'ai adoré travaillé avec elle», a-t-il dit à propos de Vanessa Paradis.

Annoncé par une impressionnante campagne d'affichage, «Café de Flore» sort mercredi dans 106 salles, dont 25 à Paris et dans sa banlieue. Le film fera-t-il mieux que C.R.A.Z.Y., qui a connu en 2006 un succès considérable, avec son demi-million d'entrées? Pour en avoir une idée, il faudra attendre les critiques et surtout la fatidique séance de 14h00, qui détermine sans appel la carrière d'un film.

«Café de Flore» peut en tout cas compter sur la puissance de frappe de son distributeur, UGC, un des plus grands groupes européens du secteur du cinéma. La présence en tête d'affiche de Vanessa Paradis, qui joue la mère célibataire d'un enfant trisomique dans le Paris des années 60, lui vaut déjà toute l'attention des médias. L'actrice a notamment fait la «une» du mensuel Première en décembre et du magazine «Be» ce mois-ci.

«Brune et mal fagotée, le regard dur et sans une once d'enluminure sur le visage, Vanessa Paradis taille son destin à la serpe dans le film québécois Café de Flore, à contre-emploi de son physique éternellement glamour», a écrit de son côté le quotidien populaire Le Parisien.

En tout cas lundi soir, c'est bien elle que les photographes et les dizaines de fans massés aux abords du cinéma étaient venus voir. Pour le reste, peu de vedettes ont foulé le tapis rouge de quelques mètres à peine qui couvrait l'étroit trottoir, si ce n'est l'actrice Clothilde Courau (par ailleurs princesse de Savoie, de Venise et de Piémont...), le photographe Yann Arthus-Bertrand (La Terre vue du ciel) et le comédien et réalisateur Jean-Marc Barr.

Dans la petite foule, un journaliste «people» s'agitait plus que ses collègues. Il craignait de voir Vanessa Paradis arriver au bras de Johhny Depp. «J'ai annoncé leur séparation définitive. S'ils arrivent ensemble, je suis viré», a-t-il expliqué. Il gardera son travail.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!