NOUVELLES
23/01/2012 10:12 EST | Actualisé 24/03/2012 05:12 EDT

Après une saison de 6-10, Harbaugh a amené les 49ers tout près du Super Bowl

SANTA CLARA, États-Unis - Jim Harbaugh a pris les commandes des 49ers il y a un an, avec comme défi de redresser un club au riche passé mais en moins de temps qu'à l'habitude, en raison du lock-out. Il a réussi et il l'a fait à sa façon, en prenant de la place.

Harbaugh lui-même a reconnu lundi que cela n'a pas été facile. Au lendemain de la défaite des siens lors du match de championnat de la Nationale, remporté 20-17 par les Giants, Harbaugh a parlé de la fierté qu'il ressent par rapport à son club.

Les 49ers, participant aux éliminatoires pour la première fois depuis 2002, ont causé la surprise en battant Drew Brees et les Saints au deuxième tour.

«Les gars ont absolument tout donné, a dit Harbaugh. Ils se sont toujours battus. Le résultat final n'est pas celui que nous voulions, mais les dieux du football avaient un autre dénouement en tête.»

Harbaugh peut constater tout le progrès accompli avec une formation peu modifiée après une saison de 6-10 en 2010, où on a congédié l'entraîneur Mike Singletary avec un match à disputer.

Après avoir gâché un parcours sans faille des Lions jusque là (16 octobre), Harbaugh a fait les manchettes pour sa poignée de main désinvolte et une tape trop énergique dans le dos de son vis-à-vi, Jim Schwartz, rendant ce dernier furieux.

Dimanche, Kyle Williams a perdu le ballon pour la deuxième fois du match en prolongation, ce qui a pavé la voie au placement vainqueur de Lawrence Tynes.

«C'est difficile, a dit le demi offensif Frank Gore, qui a établi le record d'équipe pour les verges au sol cette saison. Mais il faut aller de l'avant. Il y a un excellent groupe de gars ici, des gars qui travaillent fort, et les entraîneurs en font tout autant. Nous allons nous relever.»

La défense des 49ers s'est classée première contre la course, et l'équipe a montré un différentiel de plus 28 pour les revirements - à égalité avec le deuxième meilleur résultat du genre dans la NFL depuis 1941.

«Nous avons gaspillé une occasion qui ne se présente pas souvent, a mentionné le secondeur Patrick Willis. C'est le temps qui va guérir ça... je ne crois pas aux victoires morales, mais nous pouvons quand même en retirer beaucoup de positif.»

Alex Smith, le tout premier choix en 2005, a orchestré cinq gains par remontée lors de la saison, avant de jouer le même tour aux Saints en éliminatoires. Il n'a été victime que de cinq interceptions, se développant admirablement sous la gouverne de Harbaugh.

Ni Harbaugh ni Smith n'ont pas laissé filtrer quand pourrait se concrétiser un nouveau contrat, mais le quart obtiendra une augmentation et un pacte à long terme. En 2011, il a empoché 4,9 M $ en salaire, auquel s'est ajouté un million en boni pour avoir atteint les éliminatoires. La volonté d'en venir à une entente est là des deux côtés, quand tout le monde aura décompressé.

Le d.g. Trent Baalke devra faire des choix quant à des joueurs autonomes comme le demi de coin Carlos Rogers, l'ailier espacé et retourneur de bottés Ted Ginn fils, le secondeur Ahmad Brooks et le demi de sûreté Dashon Goldson. L'équipe a déjà fait savoir qu'elle souhaite le retour de l'ailier espacé Joshua Morgan, dont la saison a pris fin au début d'octobre, après une fracture de la jambe droite qui a nécessité une opération.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!