NOUVELLES
22/01/2012 11:15 EST | Actualisé 23/03/2012 05:12 EDT

Davos: Québec veut être «sur la patinoire» alors que l'incertitude s'accroît

MONTRÉAL - Le gouvernement québécois veut profiter de sa présence au sommet économique de Davos, qui s'ouvre mercredi, pour attirer de nouveaux investissements alors que le ralentissement mondial semble rattraper la province.

Encore une fois cette année, le premier ministre Jean Charest sera le seul premier ministre provincial à se déplacer dans la station des Alpes suisses.

«Quand vous êtes là, dans la 'game', sur la patinoire, c'est sûr que vous avez plus de chances de 'scorer' que si vous êtes un spectateur au loin. Quand vous regardez le match à la télé, tout ce que vous pouvez faire, c'est commenter», illustre le ministre du Développement économique, Sam Hamad, qui dirige une mission dans la région du golfe persique jusqu'à mercredi avant de se rendre à Davos.

Là-bas, M. Hamad prévoit s'entretenir avec une vingtaine de représentants de multinationales qui songent à investir au Québec. Dans plusieurs cas, M. Charest et le président d'Investissement Québec, Jacques Daoust, participeront aux rencontres.

Des rendez-vous semblables tenus lors des précédentes éditions du sommet de Davos ont conduit par la suite à d'importantes annonces d'investissements au Québec, notamment dans le secteur des mines et métaux. Mais en raison de l'incertitude économique mondiale, les États se livrent une concurrence toujours plus vive à ce chapitre.

«Les pays qui disent avoir une politique de droite sont aussi énergiques que ceux qui ont une politique de gauche. Face à ça, il faut qu'on soit plus démonstratifs de nos forces», constate M. Hamad.

«Mais il n'y a pas juste l'offre (de subventions) qui compte, ajoute-t-il. Il y a d'autres choses aussi: la main-d'oeuvre, l'énergie, le positionnement stratégique... On essaie de vendre plusieurs éléments.»

La détérioration de l'économie accentue la pression sur le gouvernement. Le chômage a grimpé en flèche au Québec au cours des dernier mois, passant de 7,7 pour cent en octobre à 8,7 pour cent en décembre.

Forte présence québécoise

Les grandes entreprises québécoises seront également bien représentées à Davos. Bombardier (TSX:BBD.B) dépêchera pas moins de cinq de ses dirigeants, dont son grand patron Pierre Beaudoin. Les chefs de la direction de Desjardins, Monique Leroux, de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia, et de SNC-Lavalin (TSX:SNC), Pierre Duhaime, seront également présents, tout comme l'entrepreneur Charles Sirois, aujourd'hui président du conseil d'administration de la Banque CIBC (TSX:CM).

Le gouvernement fédéral ne veut pas être en reste. Le premier ministre Stephen Harper en sera à sa deuxième participation au sommet de Davos et y prononcera un discours jeudi soir. Il sera accompagné de trois ministres: Jim Flaherty (Finances), John Baird (Affaires étrangères) et Ed Fast (Commerce international). Quant au gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, il prendra la parole lors de deux panels.

Pas moins de 2600 dirigeants économiques, politiques et associatifs prendront part à la 42e édition du sommet, tenu sous l'égide du Forum économique mondial (WEF). Près de 40 chefs de gouvernement y seront, dont la chancelière allemande Angela Merkel, qui ouvrira officiellement l'événement.

Le capitalisme en cause

«Nous sommes désespérément à la recherche de personnes qui peuvent proposer des solutions» à la crise économique actuelle, a déclaré la semaine dernière le fondateur du WEF, le professeur allemand Klaus Schwab.

Selon lui, le capitalisme tel qu'on le connaît ne fonctionne plus. Les pays occidentaux croulent sous les dettes et «n'ont pas su retenir les leçons» de la crise financière de 2008, a-t-il noté.

Des protestataires se chargeront de le rappeler aux riches et puissants qui prendront d'assaut Davos pendant cinq jours. Le mouvement des indignés, sous le vocable «Occupy Davos», a érigé un campement d'igloos dans la petite ville alpine. Les organisateurs du WEF leur ont toutefois refusé net de s'approcher du centre des congrès.

Le ministre Hamad ne se formalise pas de ces manifestations.

«Tout le monde a le droit de s'exprimer et c'est normal que nous n'ayons pas tous la même opinion, dit-il. Je respecte ce que ces gens-là font: ils veulent sensibiliser la société. Pour notre part, nous sommes là pour aider nos citoyens, nos entreprises et nos travailleurs.»