NOUVELLES
21/01/2012 05:14 EST | Actualisé 22/03/2012 05:12 EDT

Usine d'Electro Motive en Ontario: le TCA demande la fin du lock-out

LONDON, Ont. - Le président du syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) a pressé dimanche le géant américain de la machinerie lourde Caterpillar de mettre fin au lock-out de son usine de fabrication de locomotives à London, en Ontario, l'invitant à revenir à la table des négociations.

Le plaidoyer de Ken Lewenza survient alors que des milliers de syndiqués et de membres de la collectivité se sont réunis au parc Victoria de London, pour y tenir une grande manifestation.

Agitant des affiches et scandant des slogans attaquant l'avidité de la compagnie, les manifestants ont exigé la fin du lock-out, qui dure depuis trois semaines et qui touche près de 500 travailleurs de l'usine Electro Motive Diesel de Caterpillar.

M. Lewenza a soutenu que l'objectif de la manifestation était d'envoyer un message clair aux sociétés multinationales comme Caterpillar. Ce message, a-t-il expliqué, tient dans le fait que les travailleurs s'uniront pour combattre l'injustice sociale et économique, en plus de défendre les emplois de qualité de plus en plus menacés.

Certains des contestataires avaient fait le trajet depuis Sudbury, Timmins et Ottawa pour démontrer leur soutien aux employés de l'usine, a poursuivi M. Lewenza.

Les travailleurs ont été mis en lock-out après avoir rejeté une offre prévoyant des compressions salariales de 50 pour cent ainsi que la réduction d'avantages, le tout dans un contexte où Caterpillar engrange des profits.

Selon le président du TCA, le temps est venu pour la direction de revenir à la table des négociations et de tenter de parvenir à une entente «juste et équitable».