NOUVELLES
21/01/2012 01:02 EST | Actualisé 22/03/2012 05:12 EDT

Les islamistes égyptiens remportent près de 75% des sièges au Parlement

LE CAIRE, Égypte - Les résultats électoraux finaux divulgués samedi ont démontré que les partis islamistes ont remporté près des trois quarts des sièges du parlement égyptien lors des premières élections organisées depuis la chute du président autoritaire Hosni Moubarak, selon des responsables électoraux et des groupes politiques.

La domination islamique du parlement égyptien a inquiété les libéraux et même certains conservateurs à propos de l'aspect religieux de la nouvelle législature, qui sera chargée de former un comité pour rédiger une nouvelle constitution.

Les généraux nommés par Moubarak, toujours officiellement en charge de l'État, superviseront le processus.

Une coalition dirigée par les Frères musulmans fondamentalistes ont remporté 47 pour cent des voix, soit 235 sièges sur les 498 de la Chambre. Le parti ultraconservateur Al-Nour, quant à lui, est arrivé deuxième avec 25 pour cent des votes, ou 125 sièges.

Les salafistes d'Al-Nour, qui représentent la plus importante surprise du scrutin, veulent imposer la loi islamique, la sharia, en Égypte, tandis que les Frères musulmans, le parti le mieux connu et le mieux organisé du pays, ont déclaré publiquement qu'ils ne désiraient pas imposer aux Égyptiens leurs vues sociales aux citoyens.

Les deux partis ne risquent pas de joindre leurs forces en raison de leurs différences idéologiques, mais ont tous deux un historique d'oeuvres caritatives dans les quartiers et villages très pauvres du pays, leur donnant un niveau de légitimité et de popularité à travers l'Égypte dans des domaines où les nouveaux partis libéraux doivent encore établir des bases.

Les libéraux qui ont mené la révolte contre Moubarak ont éprouvé de la difficulté à s'organiser et à tisser des liens avec un large public avant le scrutin, et n'ont pas obtenu d'aussi bons résultats que les islamistes.

Le Bloc égyptien, qui est mené par un parti fondé par le magnat chrétien des télécommunications Naguib Sawiris a annoncé avoir récolté neuf pour cent des sièges au parlement.

Le plus ancien parti séculier d'Égypte, le Wafd, a également remporté environ neuf pour cent des sièges.

Des partis plus récents, comme le parti libéral «La révolution continue», ont obtenu deux pour cent des suffrages, tout comme le Parti du centre islamiste, qui avait été interdit sous Moubarak.

Les résultats ne donnent que peu de marge de manoeuvre aux groupes libéraux au Parlement, à moins qu'ils ne décident de mobiliser les citoyens au cours de manifestations ou ne travaillent sur des dossiers-clés avec les groupes islamiques dominants, a déclaré Mohamed Abu-Hamed, le chef adjoint du parti libéral «Égyptiens libres».

Le nouveau Parlement égyptien doit se réunir lundi pour la première fois.