NOUVELLES
21/01/2012 09:57 EST | Actualisé 22/03/2012 05:12 EDT

Le Canadien surprend les Maple Leafs 3-1, remporte enfin un «match de l'année»

TORONTO - Après avoir récolté un point dans la défaite en fusillade vendredi soir contre les Penguins à Pittsburgh, le Canadien de Montréal était confronté à un autre «match de l'année» contre les Maple Leafs à Toronto, samedi soir. Et cette fois, il n'a pas raté sa chance en triomphant 3-1.

On reprochait souvent aux troupiers de Randy Cunneyworth de ne pas avoir «l'instinct du tueur» en troisième période.

Cette fois-ci, Rafael Diaz a tranché le débat à 3:29 du troisième tiers, lorsqu'il a décoché un lancer frappé qui a ricoché contre la tige à la droite du gardien Jonas Gustavsson avant de pénétrer dans le filet, tandis que Mathieu Darche obstruait la vue du portier des Leafs.

Scott Gomez a récolté sa deuxième passe en quatre matchs sur la séquence.

Lars Eller a scellé l'issue de la rencontre à 11:25 en sautant sur son propre retour de lancer pour enfiler l'aiguille du côté rapproché, à la gauche de Gustavsson.

Rene Bourque, avec son premier filet dans son nouvel uniforme, a été l'autre marqueur du Canadien. Matthew Lombardi a riposté pour les Maple Leafs.

Le CH, qui n'avait qu'un tout petit point d'avance sur trois équipes qui se partageaient le dernier échelon du classement de l’Est avant les matchs de samedi, a donc évité de se retrouver «dans la cave».

«Nous voyons encore la lumière au bout du tunnel, a déclaré Eller. Nous avons plus de 30 matchs à disputer et nous avons encore confiance. Nous allons approcher ces matchs un à la fois et voir ce qui va se produire.»

Le Canadien, qui a affronté les Leafs pour la troisième fois de la saison, a aussi savouré son premier gain contre eux en 2011-12.

Carey Price était de retour devant le filet du Canadien après avoir laissé sa place à Peter Budaj vendredi contre les Penguins. Price, qui avait subi la défaite à ses quatre dernières sorties, a repoussé 32 tirs pour décrocher la victoire.

«Nous les avons bien neutralisés, a noté Price. Nous ne leur avons pas concédé beaucoup d'occasions.»

Le match mettait en scène deux équipes qui éprouvent des difficultés sur les unités spéciales depuis le début de la campagne.

Le Canadien, qui occupe le dernier rang de la LNH en supériorité numérique avec un taux d'efficacité anémique de 12,3 pour cent, affrontait la pire unité en désavantage numérique du circuit Bettman à 74,5. Ç'a donné des séquences fades, dépourvues de créativité, et le Tricolore a terminé la rencontre en étant blanchi en trois avantages numériques — tout comme les Leafs d'ailleurs.

Bourque brise la glace

La plus belle chance du Tricolore durant la première moitié du premier vingt s'est produite en infériorité numérique, lorsque Eller s'est échappé en direction de Gustavsson. Son tir au ras la patinoire — le premier du Canadien — a cependant été repoussé facilement par le gardien des Leafs.

Ça s'est ensuite animé entre les deux équipes en deuxième portion d'engagement.

Le Canadien a d'abord bénéficié d'un rebond chanceux après une descente à trois-contre-un lorsque le tir sur réception de Tomas Plekanec, qui a initialement raté la cible, est revenu dans l'enclave sur la lame du bâton de Bourque. Ce dernier n'a eu qu'à tirer dans une cage béante pour récolter son 14e de la campagne.

«Je savais immédiatement que la rondelle allait revenir devant le filet, a indiqué Bourque. Je ne savais simplement pas si le gardien allait être en mesure de la saisir ou si le défenseur savait où elle était.»

Les Maple Leafs ont créé l'égalité 29 secondes plus tard, après que Lombardi eut exploité sa vitesse pour battre ses couvreurs et déjouer Price d'un belle feinte du côté du bâton.

L'impasse s'est poursuivie en deuxième période, les deux équipes étant incapables de trouver le fond du filet.