NOUVELLES
21/01/2012 10:15 EST | Actualisé 22/03/2012 05:12 EDT

De plus en plus d'Afghans déposent des demandes d'asile politique à l'étranger

KABOUL - Davantage d'Afghans ont fui leur pays et tenté d'obtenir asile à l'étranger en 2011 qu'au cours de toute autre année depuis le début de la guerre longue d'une décennie, ce qui laisse entendre que plusieurs citoyens sont à la recherche de leur propre stratégie de sortie, au moment où les troupes internationales doivent bientôt rentrer chez elles.

De janvier à novembre, plus de 30 000 Afghans ont déposé des demandes d'asile politique ailleurs dans le monde, une augmentation de 25 pour cent par rapport à la même période de l'an dernier, et plus du triple des niveaux atteints il y a seulement quatre ans, selon des statistiques onusiennes obtenues par l'Associated Press avant leur publication prévue plus tard cette année.

Plusieurs Afghans se tournent vers une industrie du trafic de plus en plus sophistiquée pour tenter de quitter le pays ou, dans la plupart des cas, de faire sortir leurs fils. Ils paieront de quelques centaines de dollars pour traverser en Iran ou au Pakistan, à plus de 25 000 $ pour de faux papiers et des billets d'avion pour Londres ou Stockholm.

Des milliers de réfugiés reviennent également au pays chaque année, mais leur nombre a diminué alors que la quantité de demandes d'asile augmente. Les deux tendances soulignent les inquiétudes chez les Afghans à propos de ce qui pourrait se passer après 2014, lorsque les Américains et les autres troupes de l'OTAN remettront la sécurité du pays entre les mains de la police et de l'armée afghanes.

Le véritable nombre de personnes quittant le pays est sans doute plus élevé, puisque ceux qui réussissent à sortir clandestinement du pays se fondent souvent dans une économie souterraine. Malgré tout, la forte hausse du nombre de demandes d'asile laisse croire que le total de gens quittant l'Afghanistan augmente également.