NOUVELLES
19/01/2012 07:50 EST | Actualisé 20/03/2012 05:12 EDT

Tom Brady aimerait bien être 'un des gars', mais son talent le rend trop unique

FOXBOROUGH, États-Unis - Tom Brady marche lentement et sans bruit jusqu'à la place qui lui est réservée dans le vestiaire, et discute calmement avec son voisin de casier Deion Branch. Plus tard, il enfile sa veste et se dirige vers la sortie.

Pas de tapes vigoureuses dans le dos de ses coéquipiers ni de rires trop bruyants. Absolument rien qui attirerait l'attention sur lui.

Simplement un jour d'entraînement de routine dans la vie d'une des figures les plus accomplies dans le monde du sport.

«Tom croit qu'il est 'un des gars', qu'il fait partie de la bande, a évoqué Branch. Mais il ne peut tout simplement pas être 'un des nôtres'; ce gars est l'emblème de la NFL.»

Brady, élu joueur par excellence du Super Bowl à deux reprises, pourrait poursuivre son règne de figure emblématique de la ligue si ses Patriots de la Nouvelle-Angleterre réussissaient à battre les Ravens de Baltimore, dimanche, pour mettre la main sur le titre de l'Américaine.

Le quart était de retour à l'entraînement jeudi après avoir raté celui de mercredi afin de reposer son épaule gauche, dont il ne se sert pas pour effectuer ses lancers puisqu'il est droitier.

Mais il a tout de même continué à travailler.

«On ne s'amuse pas à flâner autour du stade ou à faire des siestes (lorsqu'on rate un entraînement)», a déclaré Brady en riant.

Les amateurs constatent ses efforts sur le terrain, et ses coéquipiers en sont témoins toute la semaine lors des réunions d'équipe et des séances de vidéo.

«J'apprécie vraiment tout professionnel qui prend son métier au sérieux, a mentionné Brian Waters. (Le football) c'est notre métier, c'est ce qu'on fait pour vivre. À chaque fois que je vois un athlète aussi exceptionnel que Brady, avec toutes ses aptitudes physiques et la préparation mentale qu'il y met, je me dis que je suis extrêmement fier de jouer avec lui et ça me motive à ne pas vouloir le décevoir.»

Et si un coéquipier en venait à décevoir Brady, ce dernier ne s'empêchera pas de lui souligner.

Il l'avait fait à la recrue Tiquan Underwood après une interception dans la victoire des Patriots 34-27 face aux Redskins de Washington — jusqu'à ce que le coordonnateur offensif Bill O'Brien s'en mêle et réprimande Brady. Le quart avait également servi la même médecine à Branch.

Mais après tout, c'est ce que font les leaders.

Et Brady a toujours gardé confiance en ses moyens, même si les différentes équipes de la NFL doutaient de ses aptitudes à sa sortie de l'université. Lors du repêchage de 2000, les Patriots ont attendu jusqu'au sixième tour pour choisir Brady, au 199e rang.

Le propriétaire de l'équipe Robert Kraft se souvient encore du jeune Brady, tout maigrichon, qui était venu vers lui pour se présenter.

«Il m'a dit 'M. Kraft, je suis Tom Brady.' Je lui ai répondu 'Je sais qui tu es, tu jouais pour le Michigan et tu as été sélectionné en sixième ronde, s'est remémoré Kraft. Il m'a regardé droit dans les yeux et m'a dit, 'et je suis la meilleure décision qu'aura jamais prise cette organisation'.»

Brady a depuis complété 3847 passes pour un total de 44 749 verges et 336 touchés, incluant les éliminatoires. Il a établi un record de la NFL grâce à ses 50 passes de touché en 2007, et cette saison, il a amassé 5235 verges aériennes, le deuxième plus haut total de l'histoire de la ligue.