NOUVELLES
19/01/2012 04:16 EST | Actualisé 20/03/2012 05:12 EDT

L'économie, priorité de Jean Charest

QUÉBEC - Préoccupé par la situation de l'emploi, Jean Charest mobilise ses «équipes de vigilance» sur l'économie.

«Les chiffres de l'emploi au cours des trois derniers mois sont préoccupants. Le Québec a perdu des emplois», a souligné le premier ministre, en conférence de presse jeudi, aux côtés de son collègue des Finances, Raymond Bachand, et des autres membres du cabinet responsables des dossiers économiques.

«Au net, nous avons eu une meilleure performance (économique) en 2011 qu'en 2010 et nous avons la ferme conviction que nous allons faire mieux en 2012, à condition de s'en occuper et d'en faire une priorité», a-t-il fait valoir.

Même si les indicateurs de croissance restent positifs et que les perspectives sont favorables en matière d'exportations, de ventes au détail et de construction domiciliaire, une plus grande vigilance s'impose pour 2012, a reconnu M. Charest.

Le Québec, a-t-il fait comprendre, n'est pas à l'abri des bouleversements qui perturbent l'économie mondiale, plus particulièrement en Europe.

Comme il l'avait fait en 2008, en pleine «tempête économique», le premier ministre a donc décidé de mobiliser à nouveau les trois «équipes de vigilance», soit le Groupe des décideurs financiers, le Conseil des partenaires économiques et la Commission des partenaires du marché du travail.

Provenant des milieux privés, syndicaux et communautaires, les membres de ces trois comités auront pour mandat de poser «un diagnostic» sur l'état de l'économie québécoise. Le résultat de la réflexion permettra au gouvernement de prendre les décisions conséquentes, a indiqué le premier ministre.

«Nous allons mobiliser ces leaders pour l'année 2012. Je vais les rencontrer avec mes collègues de l'équipe économique pour dresser un bilan commun et travailler ensemble pour poser des gestes qui vont dans le sens de la création d'emplois et de la création de richesse», a-t-il dit.

Malgré un recul au cours des trois derniers mois, il s'est créé au Québec, en 2011, 38 500 emplois de plus qu'en 2010, a soulevé M. Charest.

Quant au taux de chômage, il s'est maintenu à 7,8 pour cent en 2011 comparativement à une moyenne de 8 pour cent en 2010.

Les plus récentes données sur l'emploi rendues publiques par Statistique Canada, le 6 janvier, ont toutefois révélé que le Québec a perdu 25 700 emplois en décembre dernier. Le taux de chômage dans la province est ainsi passé de 8 à 8,7 pour cent.

Le Québec a été la seule province canadienne à enregistrer un recul de l'emploi le mois dernier.