NOUVELLES
19/01/2012 08:28 EST | Actualisé 20/03/2012 05:12 EDT

5 Marocains sans emploi se sont immolés, 3 ont été transportés à l'hôpital

RABAT, Maroc - Cinq chômeurs se sont immolés à Rabat, au Maroc, pendant de grandes manifestations dénonçant le manque d'emplois au pays, en particulier pour les diplômés universitaires, a fait savoir jeudi un militant des droits de la personne.

Trois de ces hommes ont subi des brûlures suffisamment graves pour être hospitalisés.

L'immolation, qui se faisait rarement jusqu'à présent, est devenue de plus en plus courante au Proche-Orient et au Maghreb après qu'un marchand de légumes se soit enlevé la vie de cette façon en Tunisie, en décembre 2010, pour protester contre un harcèlement des policiers. Son geste avait alors déclenché la grogne populaire, qui a conduit au renversement du régime en place, en plus d'instiguer des mouvements similaires dans d'autres pays de la région.

Les Marocains immolés avaient pris part au mouvement des «diplômés sans emplois», un rassemblement d'associations diverses de partout au pays et dont les membres sont de jeunes universitaires en quête d'un travail. Les manifestations sont souvent dispersées avec violence par la police, et elles ont parfois conduit à des heurts entre les autorités et les protestataires dans certaines villes du pays.

Bien que le taux de chômage officiel du Maroc soit de 9,1 pour cent, il grimpe à 16 pour cent chez les diplômés.

Le gouvernement, élu en novembre, a soumis jeudi au parlement son nouveau plan pour créer des emplois, concentrant les efforts dans l'éducation et l'amélioration des soins de santé. Le gouvernement, dirigé par une majorité islamiste, a promis de créer 200 000 nouveaux emplois par année grâce à des investissements des secteurs public et privé.

Quelque 160 membres du mouvement ont occupé un bâtiment administratif du ministère de l'Éducation supérieure depuis deux semaines, à Rabat, dans le cadre de leurs contestations. Des partisans leur apportaient des vivres jusqu'à il y a deux jours, lorsque les forces de sécurité les ont obligé à cesser ces dons.

«Les autorités les ont empêchés de recevoir de la nourriture et de l'eau, donc cinq personnes ont quitté les lieux pour aller chercher à manger, et ont menacé de s'immoler s'ils étaient arrêtés», a relaté Youssef al-Rissouni, de l'Association marocaine pour les droits de la personne.

Trois ont été transportées dans un hôpital, et l'un d'entre eux repose dans un état grave.

Alors que le nouveau gouvernement marocain présentait son programme économique jeudi, au moins 1000 diplômés universitaires sans emploi ont manifesté devant le Parlement.