NOUVELLES
18/01/2012 06:43 EST | Actualisé 19/03/2012 05:12 EDT

L'ex-colonel Russell Williams et son épouse sont poursuivis pour 7 millions $

TORONTO - La femme du tueur Russell Williams remet en doute des affirmations faites à son endroit par l'une des victimes survivantes de son conjoint.

Laurie Massicotte, qui a été agressée sexuellement par l'ancien colonel, a intenté une poursuite de 7 millions $ contre Williams, son épouse et la Police provinciale de l'Ontario.

Dans sa déclaration, Mme Massicotte allègue que Williams aurait frauduleusement transféré des biens à sa femme après avoir fait l'objet d'accusations en cour criminelle.

«Il s'agissait de circonstances clairement suspectes», selon une déclaration datée du 23 septembre 2011.

Mme Massicotte et ses trois filles, qui sont également inscrites comme plaignantes, veulent obtenir une injonction pour empêcher que Mme Williams ne se débarrasse ou ne jette les biens afin de rendre caduque leur demande.

Dans son plaidoyer de défense, la femme de Williams nie qu'il y ait eu une «tentative de rejeter les demandes» des créanciers de son époux.

Le document indique également qu'il n'y a «rien d'inhabituel ou de louche» à propos du transfert de biens et qu'il n'y a pas lieu de croire qu'elle se débarrasserait des biens en question. La femme de Williams est la directrice exécutive associée d'une «importante organisation internationale et son statut au sein de la communauté est exemplaire», est-il aussi noté.

Le document précise par ailleurs qu'elle désire garder secrets certains aspects de sa vie professionnelle, de ses finances personnelles et de son passé juridique dans l'affaire Massicotte.

Un interdit de publication a été accordé par un autre juge dans une autre affaire concernant de vastes pans de la vie de la femme de Williams, incluant son nom, son adresse et ses coordonnées, le nom de son employeur, son salaire et dépenses, ainsi que ses informations médicales.

L'interdit couvre également une entente signée par le couple environ six semaines après que Williams eut été formellement accusé de meurtres prémédités.

Les avocats représentant la femme de Williams ont demandé cet interdit de publication, et ont argué que la divulgation des informations lui causerait encore plus de mal qu'elle n'en a déjà subi

Williams, une étoile montante dans l'armée, était le commandant de la base militaire de Trenton avant d'être condamné à l'emprisonnement à vie pour les meurtres de deux femmes, deux agressions sexuelles et des dizaines d'introductions par effraction en lien avec des fantasmes à caractère sexuel.

Une autre victime de Williams, dont le nom ne peut être divulgué en vertu d'un interdit de publication, a intenté une poursuite de 2,45 millions $ contre l'ancien militaire et sa femme. Cette poursuite présente des allégations semblables quant aux biens de l'ex-militaire.