NOUVELLES
17/01/2012 12:01 EST | Actualisé 18/03/2012 05:12 EDT

Une aide financière demandée pour sauver le réseau de chemin de fer en Gaspésie

NEW CARLISLE, Qc - La Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) demande l'intervention de Québec et Ottawa d'ici le 31 mars afin qu'elle puisse poursuivre ses activités.

Elle demande un montant annuel de 19 millions $ sur une période de cinq ans afin de remettre à niveau ses infrastructures qui ont été négligées pendant 30 ans, selon son président, François Roussy.

En conférence de presse à New Carlisle, mardi, il a rappelé que la SCFG a généré un surplus d'exploitation de 450 000 $ en 2011 comparativement à la perte annuelle moyenne de 517 000 $ pour les quatre années précédentes.

M. Roussy affirme que sans chemin de fer en Gaspésie, VIA Rail ne pourrait plus offrir son service de transport de passagers aux touristes, qui représente un achalandage annuel de 30 000 personnes.

Des entreprises spécialisées en réparations de wagons souffriraient également de l'absence de chemin de fer, estime le président de la société.

De son côté, le président de la Conférence régionale des élus de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Bertrand Berger, souligne que des projets d'investissements évalués à 15 millions $ en lien avec le réseau ferroviaire sont actuellement sur la table.

Il estime que sauver le chemin de fer en Gaspésie permettrait de créer des retombées économiques dans la région en plus d'offrir un moyen de déplacement à faible coût.