NOUVELLES
17/01/2012 11:58 EST | Actualisé 18/03/2012 05:12 EDT

Hollande en Lorraine pour montrer son "attachement durable" à l'industrie

Le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande était en déplacement mardi en Lorraine pour "marquer un attachement durable à une politique industrielle".

Cela exige "une vision de l'Etat de ce que doit être l'avenir des grands secteurs industriels", a-t-il souligné en visitant l'usine sidérurgique Akers à Thionville.

Il a rendu hommage à la Lorraine, une région qui "veut vivre mais sans qu'on lui donne des promesses sans lendemain". Une allusion transparente aux engagements vains du président Nicolas Sarkozy sur l'aciérie d'ArcelorMittal à Gandrange (Moselle).

En février 2008, Nicolas Sarkozy avait promis de trouver une "solution" pour éviter la fermeture de l'aciérie, qui avait malgré tout mis la clef sous la porte au printemps 2009. Sur les 1.108 emplois du site, 575 avaient été supprimés.

Avant de se rendre lui-même à Gandrange mardi, François Hollande a défendu son "pacte productif" lors d'une allocution à Thionville. "Nous avons confiance dans l'industrie", a-t-il affirmé.

Le candidat socialiste propose qu'une banque publique d'investissement soit créée pour aider les entreprises peinant à lever des capitaux privés. Il plaide pour des "pôles de compétitivité" et un renforcement de la formation. Surtout, il considère que la fiscalité "doit être aménagée pour favoriser l'investissement". Il prévoit aussi, s'il est élu à l'Elysée, d'élargir le crédit impôt recherche.

La Première secrétaire du PS Martine Aubry, qui l'accompagnait, a critiqué le bilan de la droite. "L'emploi a été oublié par le gouvernement", a-t-elle accusé. "François Hollande porte le redressement productif". AP

cb/cov/ir