NOUVELLES
16/01/2012 01:59 EST | Actualisé 17/03/2012 05:12 EDT

États-Unis: Huntsman abandonne la course à l'investiture républicaine

WASHINGTON - L'ancien ambassadeur des États-Unis en Chine, Jon Huntsman, a annoncé lundi la «suspension» de sa campagne dans la course à l'investiture républicaine.

Il a ensuite annoncé qu'il se range dorénavant derrière Mitt Romney, qui est selon lui le candidat le plus susceptible de défaire le président sortant Barack Obama lors de l'élection présidentielle de novembre. Il a reconnu que M. Romney et lui ont eu leurs différends et a refusé de répondre quand on lui a demandé s'il croit toujours que son ancien rival est déconnecté et impossible à élire, comme il le déclarait la semaine dernière.

L'ancien gouverneur de l'Utah n'a pu faire mieux qu'une troisième place au New Hampshire la semaine dernière, même après avoir consacré l'essentiel des ressources de sa campagne à mousser sa candidature dans cet État.

M. Huntsman a annoncé son retrait le jour même où The State, le plus important quotidien de la Caroline du Sud, lui accorde son soutien. La publication affirme qu'il n'y a que deux «adultes» dans la course, MM. Huntsman et Romney, mais que M. Huntsman a de meilleurs principes, un curriculum vitae plus solide et un message nettement plus important.

M. Huntsman est un ancien homme d'affaires, diplomate et politicien qui a notamment servi au sein de quatre administrations présidentielles. Plusieurs Républicains ne lui ont toutefois jamais pardonné d'avoir accepté de servir comme ambassadeur en Chine pour le compte de l'administration Obama.

L'aile conservatrice du Parti républicain refusait aussi d'appuyer un candidat qui se déclarait en faveur des mariages civils pour les conjoints de même sexe et qui admettait ouvertement croire à l'évolution et aux changements climatiques.

La décision de M. Huntsman de se rallier à Mitt Romney compliquera d'ailleurs la vie aux électeurs républicains conservateurs, qui devront décider s'ils souhaitent se ranger derrière Rick Santorum, Newt Gingrich ou Rick Perry pour consolider une candidature conservatrice unique face à M. Romney. Déjà, avec le départ de M. Huntsman, la pression s'intensifie sur Rick Perry pour qu'il se retire lui aussi de la course, de manière à laisser le champ libre aux deux autres rivaux de M. Romney.

M. Perry semble susciter l'indifférence parmi les électeurs de Caroline du Sud.

M. Huntsman est passé essentiellement inaperçu pendant la course, ayant choisi de ne pas attaquer ses rivaux ou le président Obama pour plutôt se concentrer sur la promotion de ses idées. Il n'a jamais récolté plus que 1 ou 2 pour cent des intentions de vote dans les sondages.

Une victoire de M. Romney lors de l'élection primaire de la Caroline du Sud, samedi, devrait lui assurer la nomination de son parti.