NOUVELLES
16/01/2012 04:48 EST | Actualisé 17/03/2012 05:12 EDT

Recyc Éco: une nouvelle certification pour les biens faits de matières recyclées

MONTRÉAL - Les consommateurs québécois désireux d'acheter des biens fabriqués avec des matières recyclées pourront bénéficier d'un nouveau guide: la certification Recyc Éco.

Le ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Pierre Arcand, a dévoilé cette nouvelle certification et son logo, lundi, à Montréal, en compagnie de représentants de Recyc-Québec.

La nouvelle certification Recyc Éco, qui sera volontaire, permettra au consommateur de bien connaître la teneur en pourcentage de matières recyclées dans un bien qu'il achète.

Auparavant, les manufacturiers pouvaient prétendre que leurs biens étaient fabriqués de matières recyclées sans avoir à le prouver. La nouvelle certification leur imposera des balises, des normes. Et les autorités font le pari que la certification Recyc Éco constituera un avantage commercial pour le fabricant d'un bien ainsi reconnu.

«Les entreprises vont voir l'avantage parce que aujourd'hui, il y a beaucoup d'entreprises qui disent avoir des produits écolos, à contenu recyclé, environnemental, écologique, mais il n'y a pas beaucoup de vérification qui est faite par une tierce partie. Mais là, c'est vraiment quelque chose de solide qu'on est en train de mettre en place», a commenté en entrevue Jeannot Richard, vice-président aux opérations et au développement chez Recyc-Québec.

Les demandes de certification Recyc Éco devront être déposées au Bureau de normalisation du Québec, qui vérifiera les prétentions du fabricant, notamment auprès des fournisseurs de matières recyclées.

«Ce sont des audits qui vont être faits à l'intérieur de l'entreprise par le Bureau de normalisation. Ce n'est pas chimiquement que ça va être évalué, mais par un bilan de masses: ce que tu achètes de produits à contenu recyclé pour pouvoir fabriquer tes produits. Par exemple: une entreprise qui s'adresse au centre de tri pour obtenir des bouteilles d'eau pour faire du polar, le Bureau de normalisation va s'assurer que le tonnage ou la quantité qui est à l'entrée va correspondre à ce qui est sorti. Il va y avoir vraiment une corrélation qui va être établie par le Bureau de normalisation», a expliqué M. Richard.

Lorsque le bien aura été jugé conforme aux normes du programme, Recyc-Québec l'inscrira dans une liste de diffusion et de promotion destinée aux clients: consommateurs, gouvernements, municipalités, sociétés d'État, entrepreneurs qui construisent avec la certification LEED, etc.

Il pourra s'agir de fournitures de bureau, de meubles, de matériaux de construction, de tapis, d'outils, etc.

La certification entre en vigueur dès maintenant; c'est-à-dire que les fabricants pourront demander à faire certifier leurs produits dès maintenant. Le temps de suivre le processus de vérification, ces entreprises devraient pouvoir afficher leurs produits certifiés Recyc Éco dès ce printemps, a précisé M. Richard.

Fait à noter, la certification pourra même être demandée par des entreprises étrangères qui vendent leurs produits au Québec, a noté M. Richard.

Et la certification pourra être demandée non seulement pour le produit proprement dit, mais aussi pour son emballage ou son contenant, sa bouteille faite, par exemple, à 60 pour cent de plastique recyclé.

Le ministre Arcand s'est réjoui de cette nouvelle certification, ajoutant qu'elle répond à un besoin. «Plus qu'un signe ou un identifiant, cette certification vient établir un lien de confiance entre une industrie en pleine expansion et une population qui a besoin d'être guidée lorsque vient le temps de choisir un produit plutôt qu'un autre», a-t-il dit.