NOUVELLES
16/01/2012 10:41 EST | Actualisé 17/03/2012 05:12 EDT

Northern Gateway: Harper refuse que le Canada devienne un «parc national géant»

OTTAWA - Le premier ministre Stephen Harper affirme qu'il ne souhaite pas que l'avenir de l'oléoduc Northern Gateway soit décidé par «certaines» personnes aux États-Unis qui souhaitent que le Canada devienne un géant parc national.

En entrevue sur les ondes de CBC, M. Harper a dit qu'il est dans l'intérêt du Canada de vendre son énergie à l'Asie et que les tensions émanant des ambitions nucléaires de l'Iran devraient prouver aux États-Unis qu'ils doivent mettre un terme à leur dépendance au pétrole du Moyen-Orient.

M. Harper a ajouté que les menaces de l'Iran de bloquer le détroit d'Ormuz démontrent à quel point il est important que le pétrole utilisé aux États-Unis provienne de l'Amérique du Nord.

Le premier ministre a confié avoir sonné l'alarme auprès de ses alliés au sujet des menaces iraniennes, les pressant de prendre des mesures plus sévères que les sanctions imposées envers Téhéran.

Le projet d'oléoduc Northern Gateway, au coût de 5,5 milliards $, qui lierait l'Alberta et le nord-ouest de la Colombie-Britannique, permettrait au pétrole albertain d'être chargé dans des navires et transporté le long de la côte ouest vers les marchés américains et asiatiques.

La Chine a investi des milliards de dollars dans l'exploitation des sables bitumineux en Alberta et les conservateurs travaillent avec vigueur pour renouer les relations et augmenter les échanges avec la puissance économique asiatique.

Le projet Northern Gateway, toutefois, rencontre de vives oppositions de la part de groupes environnementaux et de communautés des Premières nations, autant en Alberta qu'en Colombie-Britannique.

Plus de 4300 individus et groupes se sont inscrits pour s'exprimer lors des consultations publiques au sujet du pipeline, qui se dérouleront au cours des 18 prochains mois. Des groupes environnementaux américains et des vedettes d'Hollywood, dont Robert Redford et Kevin Bacon, se sont aussi joints à la lutte.

M. Harper a déclaré qu'il n'endosse pas de projets en particulier et respecte le processus de réglementation.

«Mais que certaines personnes aux États-Unis aimeraient voir le Canada devenir un géant parc national pour toute la partie nord de l'Amérique du Nord, je ne crois pas que cela fait partie du processus.»

Les délais impliqués sont injustes pour les companies impliquées et pour le pays, selon M. Harper.