NOUVELLES
15/01/2012 12:18 EST | Actualisé 16/03/2012 05:12 EDT

Trois membres présumés de l'ETA arrêtés en France

Trois membres présumés de l'organisation séparatiste basque ETA ont été arrêtés en France par des policiers français et espagnols, a annoncé dimanche à Madrid le ministère espagnol de l'Intérieur.

L'un des trois etarras présumés arrêtés à Joigny (Yonne), à 150km au sud-est de Paris, a été identifié comme Jon Echeverria Oyarbide, 33 ans, qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international. Les deux autres hommes sont selon le ministère espagnol de l'Intérieur Ruben Rivero Campo et Inigo Sancho Marco.

Jon Echeverria Oyarbide, précise-t-on de même source, avait été repéré gare de Bercy, à Paris, par les policiers qui l'ont suivi jusqu'à Joigny, où il avait apparemment rendez-vous avec les deux autres hommes, samedi après-midi. Les trois étarras présumés, qui étaient armés, ont été arrêtés sur le parking de la gare de Joigny.

L'un des trois hommes, a-t-on appris de source judiciaire française, est soupçonné d'avoir fait partie d'un commando qui a tué un policier français en 2010 à Villiers-en-Bière (Seine-et-Marne) en région parisienne. L'identité de ce suspect n'a pas été précisée.

L'opération a été menée par les enquêteurs de la sous-direction antiterroriste (SDAT) et la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Plusieurs policiers avaient été mobilisés pour interpeller sur le parking de la gare de Joigny les suspects qui s'apprêtaient à partir en voiture. Les interpellations ont été "violentes", précise-t-on de source judiciaire.

Les policiers agissaient dans le cadre d'une information judiciaire ouverte après le meurtre le 16 mars 2010 de Jean-Serge Nérin, un brigadier de police de 52 ans, père de quatre enfants. Ce jour-là, une patrouille de police avait repéré des véhicules volés près d'un dépôt-vente de Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne).

Une fusillade avait eu lieu avec les voleurs soupçonnés d'appartenir à un commando de l'ETA. Un espagnol de 27 ans avait pu être interpellé. Ce basque déjà connu pour des violences urbaines en Espagne avait reconnu appartenir à l'organisation séparatiste basque. AP

xveg1/ll/v353