NOUVELLES
15/01/2012 04:26 EST | Actualisé 16/03/2012 05:12 EDT

Olivier Rochon marque son retour à la compétition par une médaille d'argent

SAINTE-ADÈLE, Qc - Le Québécois Olivier Rochon a souligné son retour à la compétition en remportant la médaille d'argent de l'épreuve des sauts de la Coupe du monde de ski acrobatique de Mont-Gabriel, la première de la saison en sauts.

Il s'agit du meilleur résultat en carrière pour le skieur choisi recrue de l'année sur le circuit de la Coupe du monde en 2009.

Suspendu des compétitions par l'équipe canadienne en raison de problèmes disciplinaires en juillet 2010 — on lui reprochait son manque d'engagement —, le Gatinois en était à sa première compétition officielle depuis la saison 2009-10, et il a brillamment souligné son retour, obtenant son meilleur résultat en carrière et donnant au Québec une première médaille en sauts depuis la méadille d'or obtenur par Nicolas Fontaine au Mont-Tremblant, en 2002.

Premier de la demi-finale, Rochon, avec 105,41 points, n'a été devancé que par le Russe Pavel Krotov (112,79) dans cette finale à quatre, où il a réussi un triple périlleux arrière avec quatre vrilles. Le Japonais Naoya Tabara a récolté le bronze avec 97,60 points. L'Ukrainien Stanislav Kravchuk, troisième l'an dernier, a aussi pris part à la finale, mais a raté son atterrissage.

«Après être demeuré aussi longtemps hors du circuit, j'étais très stressé avant mon premier saut, a admis Rochon. Encore un petit peu en demi-finale, où je savais que je devais avoir un bon saut. Mais en finale, je me suis dit que le plus difficile avait été fait et que je savais ce que je devais accomplir, alors j'ai décidé de m'amuser.»

Seul autre Canadien à s'être qualifié pour le deuxième tour, l'Ontarien Travis Gerrits n'a terminé qu'à quelques points d'une participation à la finale, au cinquième échelon, lui aussi son meilleur résultat en carrière.

«Je suis très heureux», a dit Gerrits, qui s'est cogné le menton sur le genou à l'atterrissage en deuxième ronde, une blessure qui a nécessité quelques points de suture. J'avais de grandes attentes pour ce week-end. C'est certain que de terminer cinquième, c'est très bon, mais j'aurais bien aimé passer en finale.»

Le jeune Jean-Christophe André a quant à lui pris le 14e rang et ne s'est pas qualifié pour la demi-finale.

Chez les dames, l'Ukrainienne Olga Volkova (83,54) a remporté l'épreuve, devant l'Américaine Emily Cook (78,78) et l'Australienne Laura Peel (75,25). La Suissesse Tanja Schaerer complétait ce carré d'as.

Aucune Canadienne n'était inscrite à la compétition.

La page est maintenant tournée

Pour Rochon, cette médaille d'argent vient mettre un point final à l'épisode de l'an dernier.

«Il y avait une plaie, maintenant, elle est fermée. Je ne pouvais pas demander mieux.»

Pour l'entraîneur de l'équipe nationale, Daniel Murphy, la page a été tournée l'an dernier, alors que Rochon s'est entraîné avec l'équipe et a rempli toutes les exigences de la fédération, dont de rencontrer quelques fois par semaine un psychologue sportif. Mais il a également admis que ce résultat pouvait servir à marquer le début d'un nouveau chapitre pour le jeune athlète de 22 ans.

«On pourrait dire ça. La page avait été tournée depuis un petit bout. Il était plus engagé envers ce que nous voulions qu'il fasse et il était content. Il a appris beaucoup de choses et son niveau de professionnalisme s'est élevé. C'est pour ça que ce résultat, ce n'est pas de la chance.»

Nouveau format

La Fédération internationale de ski (FIS) utilise cette saison un nouveau format pour l'épreuve des sauts. Au lieu de n'avoir qu'une qualification et une finale où les points amassés pour les deux sauts sont additionnés pour déterminer les médaillés, une première qualification sert à sélectionner les 12 meilleurs sauteurs. Ces 12 athlètes s'affrontent ensuite dans un deuxième tour où les quatre meilleurs passent à la finale.

Dans chacune de ces rondes, les compteurs sont remis à zéro et les sauteurs participant à la finale ne peuvent pas utiliser le même saut qu'en demi-finale.

Aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde, six athlètes passeront directement en «ronde des 12», les 20 suivants disputeront un deuxième tour où six autres athlètes seront sélectionnés. Les sauteurs disputant la ronde finale devront effectuer trois sauts différents en tout.