NOUVELLES
15/01/2012 05:48 EST | Actualisé 16/03/2012 05:12 EDT

NPD: Les candidats à la chefferie étaient à Montréal dimanche pour un débat

MONTRÉAL - La nation québécoise, la langue française ainsi que les réalités urbaines au Canada ont été au centre d'un débat entre les candidats à la chefferie du Nouveau parti démocratique (NPD), dimanche, à Montréal.

À l'invitation de l'Association néo-démocrate de Laurier-Sainte-Marie, Thomas Mulcair, Brian Topp, Niki Ashton, Nathan Cullen, Paul Dewar, Peggy Nash et Martin Singh ont rencontré les militants dimanche après-midi. Roméo Saganash n'était pas présent.

Les candidats à la succession de Jack Layton, qui avaient reçu les questions à l'avance, devaient définir le concept de nation québécoise et préciser leurs propositions pour promouvoir la Charte de la langue française au Québec.

Rappelons qu'en 2006, le NPD s'était engagé à reconnaître la nation québécoise, en vertu du concept de «fédéralisme asymétrique et de coopération». Cette position est par ailleurs toujours d'actualité au NPD, a affirmé le président de l'association de circonscription de Laurier-Sainte-Marie, Alain Picard.

«On pense que si le NPD a obtenu autant de votes le 2 mai dernier, c'est parce que beaucoup de Québécois ont perçu, dans la déclaration de Sherbrooke, une ouverture certaine de la part du NPD à l'égard de la réalité de la nation québécoise», a-t-il fait valoir.

L'enjeu québécois sera un élément incontournable de la course à la chefferie, a également souligné M. Picard, et ce même si le nombre de membres du parti au Québec est plutôt mince pour l'instant.

«Nous travaillons très fort présentement pour recruter de nouveaux membres, afin de permettre au plus grand nombre possible de Québécois de voter lors du congrès de Toronto, en mars», a-t-il expliqué, ajoutant qu'en décembre dernier, la province comptait 7000 membres.

Les candidats ont aussi exprimé leurs idées au sujet des réalités vécues dans les grandes villes canadiennes, comme l'ouverture de sites d'injection spécialisés, les problèmes d'itinérance et le logement abordable.

Le débat se tenait au Centre Saint-Pierre, dans l'ancienne circonscription de Gilles Duceppe remportée par le NPD en mai dernier.

«Il y a, à l'intérieur même de notre comté de Laurier-Sainte-Marie, au centre-ville de Montréal, des réalités urbaines qui nous sont propres et nous avons voulu demander aux candidats ce qu'ils comptaient faire pour contrer le problème de l'itinérance», a plaidé M. Picard.

Il a estimé, au terme du débat, que les militants présents avaient eu l'occasion de mieux connaître les candidats et de clarifier leur choix.

M. Picard a affirmé que le colloque avait été un succès.