NOUVELLES
15/01/2012 10:13 EST | Actualisé 16/03/2012 05:12 EDT

Mitt Romney serait un faible candidat face à Barack Obama, selon ses rivaux

CHARLESTON, États-Unis - Les rivaux de Mitt Romney ont convenu dimanche que son passé au sein d'une société de placement et à titre de gouverneur du Massachusetts jouerait contre lui s'il était le candidat républicain face au président Barack Obama, lors des présidentielles américaines de novembre. Ils espèrent donc freiner l'élan dont il jouit, à une semaine d'une primaire qui s'annonce cruciale en Caroline du Sud.

Rick Santorum, ancien sénateur de la Pennsylvanie, Rick Perry, actuel gouverneur du Texas, et Newt Gingrich, ex-président de la chambre des représentants aux Congrès des États-Unis, ont tous affirmé que M. Romney continuait de tirer profit de la division qui existe parmi les républicains et de l'incapacité des conservateurs à s'unir autour d'une seule et unique pensée.

M. Gingrich a reconnu qu'en cas de victoire lors de la primaire de samedi, M. Romney profiterait d'un «avantage énorme», à la suite de ses deux gains au New Hampshire et en Iowa, plus tôt ce mois-ci.

M. Gingrich a également indiqué qu'il lui faudrait «certainement» remettre en question sa propre candidature à moins qu'il ne soit gagnant en Caroline du Sud.

Le sénateur républicain de la Caroline du Sud, Lindsey Graham, a quant à lui estimé qu'une victoire de M. Romney assurerait probablement ce dernier d'être le candidat républicain face au président Obama.

M. Romney a profité d'une rare journée de congé, dimanche, tandis que se concertaient ses adversaires sur la côte de la Caroline du Sud. Ceux-ci ont également pris part à des messes et des déjeuners religieux dans cet État dont la population compte une forte proportion d'évangéliques et autre chrétiens conservateurs.

Cette journée de congé semble avoir été profitable, toutefois, puisque Jon Huntsman, qui devait lui livrer une chaude lutte lors du scrutin primaire au New Hampshire, mardi dernier, doit annoncer son retrait de la course, lundi, et son appui à M. Romney.

Aucun républicain n'est jamais parvenu à être désigné candidat de son parti sans s'être imposé lors de la primaire de la Caroline du Sud, et les résultats des plus récents sondages placent M. Romney en tête.