NOUVELLES
15/01/2012 09:35 EST | Actualisé 16/03/2012 05:12 EDT

Manning lance trois passes de touché et les Giants surprennent les Packers 37-20

GREEN BAY, États-Unis - Pour Eli Manning et les Giants de New York, le Lambeau Field est devenu un tremplin familier. Après avoir vaincu les Packers à Green Bay pour une deuxième fois en quatre ans, ils espèrent que leur parcours se terminera comme la dernière fois — au Super Bowl.

Manning a lancé trois passes de touché et les Giants ont surpris les Packers 37-20 lors du deuxième tour éliminatoire dans la Nationale, dimanche. Manning a récolté 330 verges de gains et les Giants affronteront les 49ers à San Francisco dimanche prochain, lors du match de championnat dans la Nationale.

Les Packers (15-2) étaient peut-être le champions en titre du Super Bowl, mais les Giants (11-7) sont l'équipe de l'heure dans la NFL.

«Je crois que nous sommes une équipe dangereuse, a déclaré l'entraîneur-chef des Giants, Tom Coughlin. J'aime comment nous jouons.»

Les Giants ont surpris les Packers grâce à un touché tout juste avant la mi-temps, puis leur ont passé le K.-O. avec un majeur à la suite d'un revirement en fin de rencontre.

Cette victoire survient quatre ans après que les Giants eurent défait les Packers de Brett Favre lors du championnat de la Nationale, en route vers le titre du Super Bowl. Cette fois, il ne faisait pas aussi froid, mais la défensive des Packers semblait simplement prête à être découpée en petits morceaux.

«Cette équipe sait comment gagner à l'étranger, a mentionné l'ailier défensif Justin Tuck. On dirait que c'est à notre tour.»

Manning a complété des passes à six receveurs différents contre la défensive poreuse des Packers. Le quart des Giants a été particulièrement dangereux quand il a visé Hakeem Nicks, qui a capté sept passes pour 165 verges de gains et deux touchés.

Le jeu le plus spectaculaire de Nicks a été le touché de 66 verges qu'il a inscrit avant la fin du premier quart. Il a ensuite marqué un touché de 37 verges alors qu'il était encerclé dans la zone des buts.

«C'est un jeu qui leur a donné beaucoup de rythme, mais nous n'étions pas découragés», a indiqué l'entraîneur-chef des Packers, Mike McCarthy.

Nicks a déclaré qu'il n'était même pas certain d'être tombé dans la zone des buts.

«Tout ce que je me disais, c'était de sauter et de capter le ballon, a-t-il dit. Honnêtement, je ne savais pas où j'avais atterri. Quand j'ai vu où j'étais, j'étais très excité.»

La défensive des Giants a aussi neutralisé Aaron Rodgers et l'offensive des Packers.

Rodgers a complété 26 de ses 46 passes pour 264 verges de gains avec deux touchés et une interception. Il a aussi été le meilleur porteur de ballon de l'équipe avec 66 verges de gains en sept courses.

Pendant ce temps, les talentueux receveurs des Packers se sont mis à échapper des passes.

Et si la défensive des Packers avait été ordinaire cette saison, accordant beaucoup de verges de gains et de gros jeux, elle avait au moins compensé en réalisant beaucoup de revirements.

Cette fois, les Packers ont carrément donné le ballon à l'adversaire.

Les Packers ont perdu le ballon à trois reprises sur des échappés, dont le premier de Rodgers cette saison. Les Giants ont également réussi quatre sacs à ses dépens.