LES BLOGUES

Mes prévisions financières pour la SAQ

22/05/2014 11:32 EDT | Actualisé 22/07/2014 05:12 EDT

Jouons ensemble au devin et tentons de prévoir les résultats financiers de la SAQ pour sa dernière année financière ainsi que ceux de 2014-2015.

Car c'est en effet d'ici les prochaines semaines que normalement la Société des alcools du Québec devrait dévoiler les grandes lignes de ses états financiers pour la période qui s'est terminée le 29 mars dernier.

Si le passé est garant de l'avenir, il serait intéressant de pousser de même cet exercice de clairvoyance pour l'année financière en cours qui se terminera à la fin du mois de mars 2015.

Étant moi-même un contribuable du Québec, je dois vous dire que rien ne me ferait davantage plaisir que de réaliser dans un an environ que je me suis égaré et trompé!

C'est le célèbre physicien nucléaire danois Niels Bohr qui disait au début du siècle dernier que ''la prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur''. Un sacré farceur de M. Bohr.

Seul le profit compte

Disons tout de go que nous ne nous attarderons pas inutilement à estimer le montant des ventes annuelles du monopole. Après tout, ce qui importe le plus pour le gouvernement du Québec ainsi qu'aux Québécois(e)s, c'est le montant d'argent versé en dividendes au Trésor public. En effet, à quoi bon doubler les ventes si le profit diminue de moitié?

Et c'est un peu ce qui se produit récemment au Québec. On a réussi au cours de 12 derniers mois à coup d'incessantes et innombrables promotions de toutes sortes à maintenir, voire à augmenter légèrement le volume des ventes mais au dépend semble-t-il d'une baisse de la marge bénéficiaire. C'est un peu comme détourner l'attention des passagers d'un paquebot à l'aide d'un flamboyant spectacle afin qu'ils ne remarquent pas que l'on a frappé un iceberg et que le bateau coule, lentement mais sûrement.

La référence absolue

Bien sûr, on annoncera bientôt aux médias dont la plupart des journalistes se contenteront comme à l'habitude de gober sans poser de questions le communiqué officiel qu'on leur fera parvenir, que le profit réalisé est seulement inférieur de 1.5% à celui de l'an passé. Comparaison facile, incomplète, mais surtout trompeuse. On oubliera alors de vérifier une donnée essentielle, soit la cible que l'on devait atteindre.

Il y a un peu plus de trois ans, la Société des alcools du Québec avait en effet prévu à la page 11 dans son plan stratégique pour 2013-2015 qu'elle avait rendu public et remis au gouvernement des objectifs de profits précis pour chacune des trois années à venir, soit 2013, 2014 et 2015.

Les voici:

2014-05-20-SAQProfitsattendusP.11.jpg

Les profits anticipés se trouvent à la 4è ligne, celle du résultat net. On avait ainsi prévu des profits de 1 milliard vingt et un millions de $ pour l'exercice qui s'est achevé en mars 2013, 1 milliard soixante-sept millions de $ pour l'exercice qui s'est terminé en mars 2014, et 1 milliard cent dix-huit millions de $ pour celui qui finira en mars 2015.

Pour démontrer le sérieux de ces prévisions, remarquons que pour l'exercice financier 2012-2013, la SAQ a réalisé des ventes de 2,907 milliards de $ (sur des prévisions de 2,909 milliard de $, quelle précision!) et un profit de 1,030 milliard de $ (sur une prévision de 1,021 milliards de $). Des ventes quasi identiques aux prévisions et un profit légèrement supérieur à la cible fixée. Tout va alors pour le mieux.

Puisque ces prévisions sont semble-t-il on ne peut plus réalistes, on peut donc tenir pour crédibles les profits anticipés pour les années suivantes, soit 1,067 milliard de $ pour 2014 (qui s'est terminé en mars 2014) et de 1,118 milliard de $ de profits pour 2015 (qui se terminera à la fin mars 2015). Ces chiffres prévisionnels qui émanent du monopole lui-même seront donc nos références absolues.

La situation s'est détériorée

Évidemment, lorsque la SAQ a fait ces prévisions il y a trois ans environ, elle croyait sans doute que les consommateurs québécois continueraient d'acheter sans broncher la même quantité de vin malgré les hausses de prix rapides et successives qu'elle avait planifiées. Elle croyait de même qu'elle obligerait facilement sa captive clientèle à dépenser toujours plus pour leur bouteille de vin en éliminant sur trois ans plus de 40% des vins de moins de 15$. Malheureusement, informés de ceci de diverses manières, les consommateurs ont réagi soit en achetant moins de vin, ou soit en achetant ailleurs (Ontario, États-Unis).

Mes prévisions

Il est évidemment plus périlleux de faire des prévisions pour la prochaine année que celle qui vient de se terminer. Beaucoup de vin coulera sous les ponts d'ici mars 2015 et plusieurs facteurs peuvent influencer le résultat final. Ainsi, pour préserver son profit, la SAQ a commencé il y a quelques mois à couper les heures de son personnel. Cela me semble pour ma part illogique. Comment espère-t-on que les clients dépenseront davantage s'il y a moins de conseillers en vin sur le plancher? L'équation moins de service et plus de ventes a peu de chances de fonctionner.

Plusieurs facteurs imprévus de la sorte risquent de survenir au cours des prochains mois. La marge d'erreur est donc grande. C'est d'ailleurs pourquoi personne ( ou presque) n'ose se prononcer sur un sujet si périlleux et hasardeux.

Au risque de me tromper (comme le disait Niels Bohr), j'aimerais partager tout de même avec vous mes prévisions financières pour l'année financière 2014 et de 2015 de la Société des Alcools du Québec.

2014-05-20-SAQTableauProfits.jpg

Interprétation

Tel que mentionné précédemment, la SAQ, pour son exercice financier 2012-2013 clos en mars 2013, avec des profits de 1,030 milliard de $ a réussi à dépasser l'objectif gouvernemental de 1,021 milliard de $.

En ce qui concerne l'année financière qui s'est récemment achevée en mars dernier, l'objectif à atteindre était une hausse de profit de 3,59%, soit 1,067 milliard de $. Je prévois que le profit annuel qui sera bientôt dévoilé tournera plutôt autour de 1,014.5 milliard de $. Si c'est bien le cas, ce profit sera donc 1,5% inférieur à celui de l'année dernière (15,5 millions).

Ce que la Société des alcools ne mentionnera sans doute pas (mais sait-on jamais?) dans son communiqué officiel qu'elle devrait bientôt faire parvenir aux médias, c'est que le profit pourtant réaliste qui avait été prévu à son plan stratégique était de 1,067 milliard de $. Le gouvernement et les Québécois(es) se retrouveraient donc avec un profit inférieur de presque 5% (4,92%) à celui des prévisions, c'est-à-dire 52.5 millions de $ en moins. Pas mal moins reluisant, n'est-ce pas?

Et pour 2014-2015?

Sans être Nostradamus ou de posséder une boule de cristal, j'estime que si aucune mesure corrective n'est appliquée et que si la tendance se maintient, les prévisions mentionnées à mon tableau pour l'année en cours (dernière colonne de droite) qui se terminera à fin du mois de mars 2015 relèvent du domaine du possible bien qu'elles soient plus aléatoires tel que mentionné précédemment.

Ainsi, on avait prévu il y a trois ans environ que le profit pour l'année financière 2014-2015 était pour augmenter de 4,83% et donc atteindre 1,118 milliard de $. Ma prédiction est qu'il pourrait encore plutôt diminuer d'environ 1,53% par rapport à 2013-2014 pour se chiffrer à 999 millions de $. Si tel est le cas, cela représenterait une baisse de 10,68% par rapport au profit prévu, soit une diminution de 119.5 millions de $.

52.5 millions de profit en moins cette année et 119.5 millions pour l'année en cours. Ainsi, en deux ans à peine (de 2013 à 2015), le Trésor public pourrait ainsi être privé de plus de 172 millions de $. Ouch!

De quoi faire réfléchir plusieurs personnes, surtout celles qui acceptent aveuglément toutes les décisions parfois hallucinantes et souvent contraires aux intérêts de la clientèle prises par les fonctionnaires de notre monopole sous prétexte que cela sert à payer nos services sociaux, ce qui est en grande partie faux. Même si c'était le cas, à ce rythme, d'ici quelques années, cela risque de l'être de moins en moins. La politique de laisser agir la SAQ comme elle l'entend parce que c'est payant pour le Trésor public tiendrait de moins en moins la route.

Précisions et conclusion

Nous devrions pouvoir comparer d'ici quelques jours mes prévisions pour l'année financière 2103-2014 avec les chiffres officiels qui seront dévoilés. Et il faudra attendre un an environ pour effectuer la même comparaison pour la période financière de 2014-2015.

Mais tout comme certaines personnes qui demandent l'asile politique, je réclame pour mon audace le droit à l'erreur. Si je me suis trompé, au moins je l'aurais fait honnêtement.

Mon but premier était de vous aviser de ce qui pourrait nous pendre au bout du nez, ainsi que de souligner avec quelle rapidité les choses peuvent se détériorer quand on laisse des fonctionnaires dicter seuls et en vase clos les règles du marché de l'alcool et du vin dans une province.

Et contrairement à certains spécialistes économiques qui ont récemment recommandé de privatiser en tout ou en partie cette société d'état, j'évalue que le gouvernement pourrait rapidement redresser la barre simplement en réorientant la mission et la vision de la Société des Alcools du Québec. Mais cela mériterait à lui seul un autre article.

Suggestions de vin de la semaine:

Voici quelques bons vins que je vous recommande d'acheter afin d'aider notre monopole à atteindre ses objectifs.

Vin blanc

Pinot gris, Kim Crawford, Malborough, 2013, Nouvelle-Zélande, 20,95$

Vin rosé

Beaujolais rosé, Georges Duboeuf, 2013, France, 19,95$

Vins rouges

Duque de Viseu, Quinta dos Carvalhais, Dao, 2010, Portugal, 14,95$

Gran Lurton, Cabernet Sauvignon Reserva, 2009, Argentine, 23,95$

Bonnes dégustations!

Vous êtes tous invités à célébrer l'été avant tout le monde en découvrant en primeur
Les 12 vins de votre été 2014
lors d'une soirée amusante qui aura lieu le jeudi 29 mai prochain.
Tous les détails ici: http://bit.ly/1fPPEby

Pour vos commentaires, suggestions, scoops, etc., écrivez-moi en privé à: clubdgv@gmail.com

Le blogue personnel d'Yves Mailloux: Club des Dégustateurs de Grands Vins

10 vins pour faire arriver le printemps