LES BLOGUES

Histoire des contenants de vin depuis 5000 ans

27/07/2017 14:21 EDT | Actualisé 27/07/2017 14:35 EDT
www.futura-sciences.com

On ne le réalise pas toujours, mais le conditionnement en bouteilles de verre est relativement récent dans la longue histoire du vin.

Pour ce billet, je n'irai pas jusqu'en Géorgie dans le Caucase, là où l'homme cultivait déjà la vigne, soit 9000 ans avant Jésus-Christ (c'est-à-dire il y a plus de 11 000 ans de cela).

À l'ombre des pyramides

Démarrons ce voyage dans le temps avec une civilisation qui nous est un peu plus familière et qui prospéra il y a 5000 ans, soit celles des Égyptiens.

Plusieurs savent qu'ils brassaient de la bière, mais peu sont informés qu'ils produisaient également du vin appelé le breuvage d'Horus par certains.

www.enrionnement.ecole.free.fr

Le site internet de Passion égyptiennenous apprend que des dessins sur les murs d'anciens tombeaux montrent la vendange, le foulage, la fermentation et le transport du vin.

Les Égyptiens en faisaient aussi le commerce. Après la fermentation en jarres, le vin était versé dans des amphores comme celles que l'on voit sur la photo à l'entête de ce billet, où des bateaux servaient à les transporter sur le Nil.

Déjà à cette époque, on connaissait la nécessité de garder le vin à l'abri de l'air afin qu'il ne se dégrade pas rapidement. Pour boucher leurs amphores, les Égyptiens utilisaient une bourre de paille recouverte d'argile. Efficace, mais quelques impuretés pouvaient se retrouver dans le vin.

Le Festival Vins et Histoire de Terrebonne, est de retour pour une 21e édition, les 12 et 13 août prochain, sur l'Île-des-Moulins. Détails ici.

La Grèce de Dionysos

On remarquera ici que le vin suit le rythme du développement des grandes civilisations. On cultive donc ainsi la vigne et élabore du vin en Grèce depuis fort longtemps, soit au moins depuis 1000 ans avant Jésus-Christ.

Ces vins, fort réputés, étaient exportés tout autour de la Mer Noire, le long du Danube jusqu'en Autriche, ainsi qu'au centre et au sud de l'Italie. Le poète Virgile a écrit "qu'il serait plus facile de compter les grains de sable de la mer que d'énumérer les crus grecs".

Pour le transport du vin, les Grecs vont eux aussi se servir de l'amphore, mais utilisent plutôt le liège pour les boucher puisque le chêne-liège dont on utilise l'écorce pour le fabriquer prolifère sur le pourtour du bassin méditerranéen.

www.wkipedia.org

Pour servir le vin, celui-ci passait de l'amphore à des pichets plus petits, puis versés dans différents types de vases (kylix, cathare, rhyton, skyphos, etc.) pour le consommer.

À Rome, on fait comme les Romains

La puissante civilisation romaine fut la suivante à prendre la relève. De par ses nombreuses conquêtes, celle-ci apporta avec elle la culture de la vigne en de nombreux endroits, notamment en France que les auteurs romains nommaient à l'époque la Gaule.

Bien qu'il y avait déjà de la vigne depuis quelques siècles dans le sud de la France - les Grecs y ayant fondé une colonie nommée Massilia (Marseille) - les Gaulois buvaient surtout une boisson considérée comme l'ancêtre de la bière qu'ils appelaient cervoise.

Pour le vin, les Romains adoptèrent rapidement le tonneau de bois qu'utilisaient les Gaulois pour conserver et transporter leur cervoise. Celui-ci est en effet plus léger et résistant que l'amphore. De plus, on peut le rouler pour le transporter et aussi l'empiler facilement. Son utilisation pour le vin va durer plus de 1500 ans.

www.123RF.com
31522658 - winery barrels in wine cellar

Par contre, lorsque l'on avait percé le tonneau pour commencer à boire le vin, il ne fallait pas attendre trop longtemps pour vider son contenu, car l'air qui prenait de plus en plus de place à l'intérieur lui faisait rapidement perdre ses qualités.

Messieurs les Anglais, versez les premiers (*)

*Adaptation d'une célèbre citation historique

À la faveur de divers traités commerciaux, l'Angleterre fait de plus en plus affaire avec le Portugal à compter du XVIIe siècle.

Au fil du temps, on met au point le procédé de mutage, créant ainsi dans la région du Douro, le vin de porto tel qu'on le connaît de nos jours et qui est très apprécié par les consommateurs anglais. Ce vin fortifié est à l'époque aussi reconnu pour sa résistance lorsqu'il doit voyager de nombreuses semaines à bord des bateaux.

www.sha.org

Alors qu'auparavant chaque bouteille de verre devait être soufflée une à une, on est en mesure avec la révolution industrielle de la fin du XVIIIe siècle de fabriquer des bouteilles de verre de formes identiques et à très bon prix.

Nos amis les Anglais se mettent alors à embouteiller leurs portos et redécouvrent par la même occasion les vertus du liège pour les obturer. Mieux, après quelques années, on se rend compte que cette méthode bonifie ces types de vins avec le temps!

L'ère moderne peut débuter

Jusqu'au début du XXe siècle, l'embouteillage n'est pas fait par le producteur, mais plutôt par le caviste à qui l'on expédie toujours le vin dans des tonneaux. Disons que certains marchands peu scrupuleux en profitaient pour se "tromper" d'étiquette parfois!

Afin de donner confiance aux consommateurs à propos du contenu des flacons, les producteurs commencent à embouteiller leurs vins à leurs domaines respectifs, un gage d'authenticité.

Le Château Mouton-Rothschild fut le premier en 1924 à utiliser cette pratique.

Il importe donc de réaliser que le mode de présentation et de conservation du vin tel que nous le connaissons aujourd'hui ne remonte même pas à cent ans.

Suggestions de vins de la semaine:

Cette semaine je vous recommande 5 vins (2 blancs et 3 rouges), de France, du Chili, du Portugal et d'Afrique du Sud, offerts entre 10,20$ et 19,50$.

Pour télécharger la liste de ces vins

www.saq.com

Le blogue personnel d'Yves Mailloux : Club des Dégustateurs de Grands Vins

Suivez-le sur Facebook et accédez à ses recommandations quotidiennes

Si vous préférez, il est aussi sur Twitter!