LES BLOGUES

Irak et Syrie : le retour de l'Histoire

25/06/2014 11:56 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT

Les férus d'actualité internationale auront noté l'émergence d'un nouveau nom dans le paysage médiatique pour désigner le terrorisme islamique dans le monde arabe : l'ISIL, pour Islamic State of Iraq and the Levant, principalement actif en Irak. Ce groupe est même en voie de remplacer Al-Qaïda comme principale menace terroriste dans le monde arabe et pour l'Occident.

L'ISIL profite de la déconstruction de l'Irak et de la Syrie, deux pays maintenant divisés selon des lignes de fracture religieuse et communautaire. La tension historique entre les sunnites et les chiites, qui remonte au premier temps de l'islam, y a resurgi de manière dramatique.

Dans ces deux pays, la communauté chiite détient le pouvoir. En Irak, les chiites, majoritaires, semblent prendre une certaine revanche sur la communauté sunnite, qui détenait le pouvoir du temps de Saddam Hussein. En Syrie, les chiites, dont fait partie la famille régnante des Al-Assad, sont minoritaires, mais conservent officiellement le pouvoir, même s'ils ne règnent plus que sur une fraction du pays.

Comment en sommes-nous arrivés à une telle décomposition ?

L'Irak et la Syrie ne sont pas des pays créés d'une volonté commune des populations, d'une évolution politique « naturelle ». Ces États découlent de la colonisation anglaise et française du début du 20e siècle, soit à la suite des accords Sykes-Picot entre la Grande-Bretagne et la France en 1917 pour le partage de zones d'influence dans la région.

Ils ont été créés « par le haut », avec des frontières mal réfléchies, pour satisfaire à des intérêts coloniaux. Au surplus, dès le départ, ces nouveaux États ont immédiatement été soumis à des dictatures féroces et claniques, bloquant toute possibilité d'émergence de sociétés fonctionnelles comme on l'entend : indépendance du système judiciaire, presse libre, mobilité sociale basée sur l'effort et le mérite, efficacité, bonne gouvernance.

Bref, les conditions n'ont jamais été mises en place pour faciliter leur transition d'États artificiels vers des entités inclusives, permettant, sur la durée, de bâtir une identité commune assez forte, construite autour d'avancées politiques et économiques, se superposant au clivage religieux traditionnel.

Ce n'est pas que les populations locales, avec leurs variantes religieuses ou ethniques, ne transigent pas, au jour le jour, en toute intelligence, et ce depuis des temps immémoriaux. Mais leurs différences identitaires sont immédiatement exploitées, notamment par des forces externes, dès que l'État démontre des signes de faiblesse.

En Irak, le gouvernement actuel a manqué une opportunité historique, suite à l'invasion américaine, de créer des conditions démocratiques inclusives, au profit de toutes les communautés (sunnites, chiites, kurdes). Résultat : les sunnites se sentent exclus, et plusieurs ont pris les armes, notamment en rejoignant l'ISIL. Les Kurdes, quant à eux, ne veulent ni plus ni moins qu'un État indépendant.

En Syrie, suite aux contestations démocratiques suivant le déclenchement du Printemps arabe, la dictature de la famille Al-Assad, qui domine le pays depuis des décennies avec des résultats médiocres, s'est immédiatement repliée sur son clan pour maintenir, coûte que coûte, même au prix du sang, sa grippe sur un État en déliquescence.

Comme c'est toujours le cas, et surtout au Moyen-Orient, il faut revenir à l'Histoire pour mieux saisir les développements en cours. Malheureusement, dans le cas de l'Irak et de la Syrie, l'histoire semble avancer à reculons.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Syria's Rebels In Their Former Lives

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?