Yanick Barrette

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Yanick Barrette
 

Sexe et prostitution à Montréal: une vieille histoire

Publication: 07/06/2013 09:55

La Presse nous révélait jeudi, comme si c'était une révélation (sic), que Montréal est la Mecque du sexe en Amérique du Nord. Voilà une grande nouvelle... Pour quelqu'un qui ne sort pas de chez lui! Quiconque habite la métropole vit, quoique peut être inconsciemment, cette ambiance, voire cette expérience sexuelle pratiquement tous les jours. Certes, nous ne le remarquons pas ou nous n'y portons tout simplement pas attention, dans l'optique où le phénomène est institué et reconnu comme tel, mais jour après jour nous sommes confrontés à l'industrie du sexe. Que ce soit en croisant un bar de danseuses, un salon de massage, un évènement érotique ou encore une entreprise pornographique.

Vous n'êtes toujours pas convaincu de cet état de fait? Demandez à un touriste de vous résumer sa vision de Montréal, la plupart vous répondront que c'est une ville magnifique, suivi de «ouverte, libertine, où les femmes sont jolies et... faciles». Cette réaction touristique est commune et normale, surtout en prenant en considération l'histoire et les récits vernaculaires de la ville (nous y reviendrons) ou en faisant la recension de toutes les incitations à avoir une expérience sexuelle: les services d'escortes (incall / outcall), les théâtres érotiques (bars de danseuses contact et sans contact), l'omniprésence de l'industrie pornographique (studios, tournages de films, productions, etc.), les clubs vidéos XXX (peep shows et tout le tralala), et les happenings reliés de près ou de loin à l'industrie du sexe (conférences, forums, salons, rencontres, etc.). Bref, qu'on le veuille ou non, le sexe est une partie intégrante de la réalité physique et symbolique montréalaise.

La nouvelle de La Presse n'est pourtant pas une nouvelle en soi, car depuis longtemps Montréal est perçue et représentée, dans les discours particulièrement, comme la ville du péché. Que ce soit lors de discussions banales ou dans les médias, la métropole est souvent dépeinte comme un endroit de plaisirs et de festivités, même sexuelles. À ce sujet, le rapport entre Montréal et l'industrie du sexe a souvent été mentionné dans l'actualité. En 2002, le Voir, après une étude du Conseil du Statut de la Femme, s'interrogeait de savoir si Montréal était devenue la Babylone des Américains en quête de plaisir bon marché. En 2005, l'organisme Stella avait organisé un Forum XXX où plus de 200 travailleurs/travailleuses du sexe, provenant des quatre coins du monde, avaient convergé vers la métropole pour parler des différentes problématiques en liens avec la prostitution et ses dérivés. En 2010, le chroniqueur de La Presse Jean-Christophe Laurence se questionnait sur le statut de Montréal et, parallèlement, si la ville était devenue la nouvelle capitale du latex et du fétichisme. Voilà donc quelques exemples parmi tant d'autres ; après tout, cette relation entre les plaisirs dionysiaques (bacchanales) et la capitale du nid-de-poule remonte à loin.

Effectivement, le phénomène n'est pas récent. Bien au contraire, l'époque du Red Light, plus spécialement entre les années 1900 et 1960, tend à démontrer un lien direct entre le sexe, les festivités, le crime organisé, la métropole et le tourisme. Concrètement, au moment de la prohibition aux États-Unis (1919-1933), ce que plusieurs ont appelé les «Années folles», Montréal a concrétisé son statut de Mecque du divertissement et des plaisirs nocturnes. Cette période - caractérisée par la création de la Commission des liqueurs du Québec (gouvernement Taschereau), les cabarets, les performances de types burlesques, les effeuilleuses (danseuses nues), etc. - constitue un moment d'effervescence et de marquage identitaire pour la ville, engendrant conséquemment une nouvelle trame narrative basée, entre autres, sur le sexe.

Devant l'accentuation des récits et représentations sur le caractère ouvert et débauché de Montréal, ainsi qu'avec l'arrivée éminente de l'Expo 67 et des Jeux olympiques (1976), Jean Drapeau et son acolyte Pax Plante décidèrent d'orchestrer un important nettoyage physique, moral et éthique de la ville et, plus spécifiquement, du Red Light, alors perçu comme le territoire du vice, afin de maquiller (telle une prostituée) Montréal pour les caméras de la planète. Cette tentative de modification des discours et représentations mena à un déplacement des activités, mais n'altéra pas pour autant l'image festive et libertine de la ville.

Aujourd'hui, plus de 50 ans après ce nettoyage et cet effort de transformer les récits vernaculaires de Montréal, nous assistons à un nouveau phénomène de branding sexo-territorial. En effet, la ville de Montréal, en créant le Quartier des spectacles et en tachant de relier l'opération à l'histoire populaire, est venue (volontairement?) spectaculariser et, en quelque sorte, légitimer les anciens récits festivo-sexuels de la métropole. Plus encore, le branding événementiel, qui touche directement ou indirectement l'industrie du sexe, est devenu un atout d'attraction des capitaux humains, économiques et symboliques. Par les agences de publicité, de marketing et autres, la promotion du sexe, par l'entremise d'activités légales, assure toutes sortes de retombées pour la ville.

La municipalité (et/ou ses agences promotionnelles) vend ainsi souvent une double réalité urbaine où le touriste est invité, le jour, à profiter de la culture, de l'architecture, de la gastronomie, etc., et, le soir, il est appelé, voire incité, par le truchement des représentations nocturnes (promiscuité des sexes, comportements concupiscents, etc.) à vivre ses désirs, ses tentations. Notons cependant que l'aspect sexuel n'est pas nécessairement explicite. Ceci étant dit, il existe aussi une autre forme de branding, cette fois moins légal, qui constitue, par le biais des «back channels», à mettre en relief les caractéristiques sexuelles plus déviantes et illicites. À ce sujet, de nombreux blogues, pages web, etc. mettre à l'avant-plan l'idée d'un endroit pour la prostitution à petit prix, dépeignant souvent la métropole comme un lieu de dépravation, un espace de choix pour des plaisirs illégaux. Sous ce rapport, le branding sexo-territorial de la métropole possède donc deux visages distincts, l'un légal et officiel, l'autre illégal et officieux, mais qui néanmoins alimentent les récits et les représentations.

Somme toute, que l'on soit d'accord ou pas avec les activités en liens avec l'industrie du sexe, que l'on soit conscient ou non de leur importance pour (et dans) la métropole, il va sans dire que le phénomène n'est pas nouveau. La trame historique et narrative de Montréal fait depuis longtemps chevaucher les concepts de sexe, de festivité et de tourisme. La symbolique montréalaise est donc marquée du sceau du libertinisme, de la tolérance et de l'ouverture d'esprit de la ville et des citoyens. Présenter une nouvelle, comme étant une révélation ou comme un tabou, constitue une hypocrisie, voire une fronde à l'intelligence des Montréalais et à leur mémoire individuelle et collective. En somme, qu'on le veuille ou non, l'histoire de Montréal c'est aussi ça, une histoire de sexe!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Parc Jean-Drapeau

    2017 sera une année importante pour le parc Jean-Drapeau. Pendant que la ville de Montréal fêtera son 375e anniversaire, le parc soulignera le 50e d’Expo 67. D’ici là, l’organisation paramunicipale qui gère l’endroit dispose d’une enveloppe de 35 M$ pour mener à bien deux grands projets : l’aménagement d’une promenade riveraine de 3 km et la revitalisation de la Place des Nations (photo). «Avec la promenade, nous souhaitons rapprocher les citoyens du fleuve», indique Daniel Blier, directeur général de la Société du parc Jean-Drapeau. Elle sera ouverte à l’année aux piétons et aux cyclistes. La Place des Nations, centre névralgique d’Expo 67 laissé à l’abandon, retrouvera son aspect d’antan. «On pourra y présenter des spectacles devant 4 000 à 6 000 personnes», souligne M. Blier. Le Parc lancera bientôt les appels d’offres et on souhaite effectuer les premières pelletées de terre en janvier 2014 et finaliser les deux projets à l’automne 2016.

  • Palais des congrès

    Le Palais des congrès de Montréal est l’un des plus importants en Amérique, mais la compétition est féroce. Toronto, Boston et Ottawa, les grandes rivales de la métropole, ont investi récemment dans leurs infrastructures, ce qui pourrait pousser Montréal à faire de même. «C’est important de protéger notre pouvoir d’attraction», note Pierre Tessier, porte-parole du Palais des congrès. Pour l’heure, Québec a mis, pour une période de quatre ans, deux terrains en réserve – un au nord et un à l’est du Palais – qui pourront servir à une possible expansion. «Ça nous laisse le temps de voir s’il est pertinent d’agrandir, explique M. Tessier. Il faudra voir le calendrier de commandes des prochaines années.»

  • Hangar 16 et Vieux-Port

    La revitalisation du Vieux-Port, qui compte quelques infrastructures vieillissantes, devrait se poursuivre, après, notamment, l’ajout de la plage urbaine au pied de la tour de l’Horloge. Aucun plan précis n’a encore été annoncé, mais certains secteurs, comme celui du Hangar 16, pourraient subir un facelift bien mérité. «Nous examinons actuellement tous les détails de l’infrastructure du Vieux-Port, avance Manon Lapensée, porte-parole de la Société immobilière du Canada, qui a fusionné avec la Société du Vieux-Port, en novembre. Nous effectuerons des études plus poussées et évaluerons divers scénarios pour l’infrastructure du site, incluant le Hangar.» Il a déjà été question de transformer le Hangar 16 en immense centre d’exposition. Plus à l’ouest, on ne sait pas encore ce que la Société immobilière compte faire du fameux Silo no5.

  • Musée des beaux-arts

    Après avoir reçu un important don de tableaux de maîtres anciens, en mars 2012, le Musée des beaux-arts a décidé d’ajouter un cinquième pavillon à son établissement. Celui-ci sera voué, entre autres, à ces 75 nouvelles toiles et à l’art européen. Le nouvel espace, qui sera construit rue Bishop, derrière le pavillon Jean-Noël Desmarais (entrée principale), devrait être complété pour 2017. Les gagnants du concours d’architecture viennent tout juste d’être sélectionnés et les détails du projet seront annoncés au début du mois de mai.

  • Quartier chinois

    Alors que de nombreux commerces y mettent la clé sous la porte et que certaines infrastructures tombent en décrépitude, Montréal appliquera un peu de maquillage au Quartier chinois en 2013. Sur la rue de la Gauchetière, entre Clark et Jeanne-Mance, il est prévu de remplacer le dallage, d’ajouter du mobilier urbain (bancs, poubelles et supports à vélo), d’améliorer l’éclairage et de verdir l’endroit. La place Sun-Yat-Sen, coin Clark et de la Gauchetière, devrait aussi être remise en état. Ces améliorations seront-elles suffisantes pour relancer le secteur?

  • Esplanade Clark

    À l’est de la Place des arts, l’Esplanade Clark, qui fait partie du Quartier des spectacles, est déjà bien développée. Mais un terrain au coin des rues Clark et Sainte-Catherine n’est pas encore exploité. Si les plans de la Ville vont bon train, on pourrait bientôt y voir une patinoire urbaine réfrigérée, un peu à l’image de la glace de la place d’Youville, à Québec. «Il est proposé de construire une patinoire et un pavillon de service», confirme Isabelle Poulin, porte-parole à la Division des affaires publiques de la Ville. Quant à savoir si le site sera prêt pour 2013-2014, il est encore trop tôt pour se prononcer. «Cet aménagement fait l’objet d’un exercice de planification. La date du début des travaux n’est pas encore déterminée», indique Mme Poulin.

  • Musée d’art contemporain

    Fin 2011, le Musée d’art contemporain de Montréal a présenté un projet d’agrandissement. À 88 M$, le projet a été jugé trop coûteux par Québec qui l’a rejeté. Depuis, l’institution montréalaise est retournée à la table à dessin et aucun plan n’a encore filtré. «Le président du conseil du Musée, Alexandre Taillefer, travaille actuellement avec ses équipes à planifier l'agrandissement, indique Wanda Palma, porte-parole du musée. Nous sommes vraiment dans les premières phases de l'idéation. Ce qui est certain, toutefois, c'est que l'agrandissement prévu ne coûtera pas 88 millions.» M. Taillefer a parlé à La Presse, l’an dernier, d’un projet avoisinant les 30 M$. Les voûtes actuelles pourraient servir de salles d’exposition afin d’économiser des sous. Le musée montréalais a un besoin criant d’espace, ne pouvant exposer qu’un pour cent de sa collection de 7 700 œuvres actuellement.

  • Centre Bell

    La société immobilière Cadillac Fairview, qui a mis la main sur la gare Windsor et des terrains avoisinants, en 2009, prévoit des investissements de 2 G$ pour le secteur du Centre Bell. Déjà, la tour Deloitte (photo), entre le repaire du Canadien et la gare Windsor, est en construction. L’immeuble à bureaux qui comptera 26 étages devrait être terminé en 2015. Puis, sur la Place du centenaire, poussera un projet résidentiel : la tour des Canadiens, haute de 50 étages, sera livrée en 2016.

  • Boulevard Pie-IX

    Le boulevard Pie-IX sera complètement modifié au cours des prochaines années afin d’accueillir, en 2017, un service rapide par bus (SRB). Deux voix seront réservées au centre de l’artère afin de créer un corridor rapide – à un coût 10 fois moins élevé que ne le serait une nouvelle ligne de métro. La navette, qui reliera le boulevard Notre-Dame, au sud de la ville, à l’autoroute 440, à Laval, permettra de transporter 70 000 personnes par jour. Le projet est dans les cartons de l’Agence métropolitaine de transport depuis longtemps, mais les acteurs sont nombreux. Après avoir obtenu l’accord de chacun des arrondissements touchés l’an dernier, le SRB devrait passer à la phase de consultation publique cette année.

 

Suivre Yanick Barrette sur Twitter: www.twitter.com/MasterBary

Suivre Le HuffPost Québec