Yanick Barrette

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Yanick Barrette
 

Le Mon(stre)santo

Publication: 30/05/2013 00:07

Lundi matin, La Presse nous révélait que les apiculteurs québécois préparaient une mobilisation pour dénoncer un pesticide/insecticide nocif à base de néonicotinoïdes. Sous la plume de Charles Côté, le quotidien révélait que la Fédération des apiculteurs du Québec allait directement interpeller l'ARLA (Agence fédérale de réglementation des pesticides) pour qu'elle prenne des mesures contre ce genre de produits chimiques.

L'entreprise CropLife Canada, celle qui vend le pesticide en question, nie pourtant toutes formes de toxicité de son produit, en plus de rejeter catégoriquement toutes formes de causalité entre les néonicotinoïdes et la mort des abeilles. Les néonicotinoïdes ont néanmoins pour but intrinsèque d'agir directement sur le système nerveux central des insectes; à cet égard, plusieurs études scientifiques (entre autres, Whitehorn et al., 2012 ; Henry et al., 2012) ont démontré, ces dernières années, le rapport entre ce pesticide et le syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles (Colony Collapse Disorder). L'année dernière, 5000 ruches furent par exemple décimées en Ontario, où les analyses de toxicité ont permis de révéler que les abeilles avaient été contaminées aux néonicotinoïdes. Or, parmi les plus importantes compagnies à commercialiser des pesticides à base de néonicotinoïdes se retrouve le géant des OGM: Monsanto.

J'ai souligné, dans mon blogue Monsanto: l'ennemi public n°1, que l'empire des pesticides américains représentait un danger imminent sur le plan politique, mais, avant tout, sur le plan de la santé humaine et environnementale. J'ai également démontré le modus operandi de l'entreprise du Missouri et comment, au fil du temps, elle avait réussi, grâce à diverses formules de lobbyisme, à s'ingérer dans les sphères du pouvoir et des décisions. Dorénavant, mentionnons-le haut et fort, Monsanto doit être perçu et appréhendé comme le «Monstre Santo». Cela dit, au cours des derniers jours, la diffusion massive d'informations, principalement sur les réseaux sociaux, sur la disparition complète d'essaims d'abeilles m'a incité à approfondir le sujet.

Les industries les plus polluantes, un classement du HuffingtonPost.com
Le billet se poursuit après la galerie

Loading Slideshow...
  • #10 Dye Industry

    <a href="http://www.huffingtonpost.com/2012/10/24/2012-worlds-worst-pollution-problems_n_2007311.html" target="_hplink">"The World's Worst Pollution Problems"</a> list courtesy of the Blacksmith Institute. <a href="http://www.flickr.com/photos/47256343@N08/sets/72157631800901681/">Photos courtesy of the Blacksmith Institute</a>

  • #9 Chemical Manufacturing

    <a href="http://www.flickr.com/photos/47256343@N08/sets/72157631800901681/">Photos courtesy of the Blacksmith Institute</a>

  • #8 Product Manufacturing

    <a href="http://www.flickr.com/photos/47256343@N08/sets/72157631800901681/">Photos courtesy of the Blacksmith Institute</a>

  • #7 Artisanal Gold Mining

    <a href="http://www.flickr.com/photos/47256343@N08/sets/72157631800901681/">Photos courtesy of the Blacksmith Institute</a>

  • #6 Industrial Estates

    <a href="http://www.flickr.com/photos/47256343@N08/sets/72157631800901681/">Photos courtesy of the Blacksmith Institute</a>

  • #5 Industrial/Municipal Dumpsites

    <a href="http://www.flickr.com/photos/47256343@N08/sets/72157631800901681/">Photos courtesy of the Blacksmith Institute</a>

  • #4 Tannery Operations

    <a href="http://www.flickr.com/photos/47256343@N08/sets/72157631800901681/">Photos courtesy of the Blacksmith Institute</a>

  • #3 Mining And Ore Processing

    <a href="http://www.flickr.com/photos/47256343@N08/sets/72157631800901681/">Photos courtesy of the Blacksmith Institute</a>

  • #2 Lead Smelting

    <a href="http://www.flickr.com/photos/47256343@N08/sets/72157631800901681/">Photos courtesy of the Blacksmith Institute</a>

  • #1 Lead-Acid Battery Recycling

    <a href="http://www.flickr.com/photos/47256343@N08/sets/72157631800901681/">Photos courtesy of the Blacksmith Institute</a>


Nous apprenions récemment que l'État de l'Illinois, sous le couvert de son département de l'agriculture, avait saisi une importante quantité d'abeilles (les chiffres ne sont pas encore connus) dites résistantes à l'herbicide RoundUp (produit de Monsanto), en plus de tuer les reines restantes. Sans mandat et sans même de préavis, l'IDofAG (Illinois Departement of Agriculture) est intervenu pour s'emparer de plusieurs colonies d'abeilles appartenant au naturaliste et apiculteur Terrence Ingram. Un geste en apparence illégal, mais qui fut présenté comme légitime, voire coutumier. Or, je persiste à croire que l'intervention de l'IDofAG, ainsi que la démarche employée constituent une violation de la propriété individuelle, dans la mesure où, selon les informations que nous avons, aucun mandat ne fut employé et, au moment des faits, le Monsanto Protection Act n'avait toujours pas été sanctionné.

Que penser alors de tout ça? Que Monsanto est intervenu dans les sphères du pouvoir pour faire cesser les pratiques d'Ingram, qui, notons, réalisait depuis une quinzaine d'années des recherches sur les effets du RoundUp sur les abeilles. De manière hypothétique, quoique probablement très près de la réalité factuelle, il va sans dire que le «Monstre Santo» a agi dans son intérêt personnel, celui de s'approprier les abeilles résistantes à son herbicide afin d'y faire des tests pour conséquemment comprendre les raisons de cette résistance. Vous savez, l'abeille est une butineuse essentielle au maintien de la biodiversité et de l'environnement, ainsi qu'un insecte important pour l'humain. Elle est d'ailleurs considérée par plusieurs comme une sentinelle «bio-indicatrice» de l'état de l'environnement naturel. À ce sujet, les abeilles sont certainement importantes d'un point de vue économique, mais leur véritable nécessité est rattachée au plan environnemental. Comme elles sont des pollinisatrices fondamentales, les abeilles sont donc des vecteurs de reproductions des plantes et des arbres à fruits, ce qui en fait un insecte déterminant dans le processus naturel.

L'effondrement des essaims d'abeilles représente ainsi un danger pour la biodiversité et le cycle de reproduction végétal. Imaginez un instant la disparition complète de cet insecte; que ferions-nous pour assurer le processus de pollinisation des plantes? Sur cette question, des chercheurs du Harvard Microrobotics Lab aux États-Unis ont développé le Robobee, une abeille version robot qui est encore au stade de l'expérimentation scientifique. Même son de cloche du côté de l'École Polytechnique de Vasovie en Pologne où un groupe de chercheurs travaille actuellement sur un prototype de minidrone volant qui servira à cartographier les espaces agricoles et végétaux pour ensuite envoyer des robots pollinisateurs.

Que dire de plus? Je suis stupéfait... Ainsi, si je comprends bien la situation, devant les dangers reliés à l'extinction des abeilles, nous recherchons naïvement à remplacer des processus naturels par la technologie? Pourtant, et cela me semble très clair, la source du problème est humaine et commerciale. Le vrai danger vient des entreprises comme Monsanto, qui, par la production et la marchandisation de leurs différents pesticides chimiques, constituent une menace pour l'humanité.

Devant ce constat, il est grand temps d'agir, de collectivement se lever et de tout faire pour empêcher ce genre d'entreprise d'avoir carte blanche. Notre santé, ainsi que l'environnement sont en jeu. Ensemble, envoyons un message clair, un signal que nous n'approuvons pas les pratiques du «Monstre Santo»!

Sources - Henry, M. et al., (2012), A Common Pesticide Decreases Foraging Success and Survival in Honey Bees, in Science, Vol. 336, No. 6079, pp. 348-350 - Whitehorn, P. et al., (2012), Neonicotinoid Pesticide Reduces bumble Bee Colony growth and Queen Production, in Science, Vol. 336, No. 6079, pp. 351-352

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • A picture taken on October 9, 2008 shows an ultralight helicopter hovering above a field where Greenpeace activists and Austrian organic farming association BIO AUSTRIA wrote the message 'NO GMO' (Genetically Modified Organism) by planting light green coloured organic buckwheat in a field of organic peas in Breitenfurt, some 60 kms south east from Vienna. (DIETER NAGL/AFP/Getty Images)

  • Thirty-five tons of corn put by Greenpace activists at Mexico City's Zocalo Square as a protest against the sowing of transgenic corn, form a map of Mexico on February 26, 2009. (Ronaldo Schemidt/AFP/Getty Images)

  • People walk on a plateform past an advert against genetically modified (GMO) food on February 15, 2011 at a subway station in Paris. (MIGUEL MEDINA/AFP/Getty Images)

  • Greenpeace activists demonstrate against genetically modified organisms (GMOs) on November 24, 2008 in front of EU headquarters in Brussels. Greenpeace called on the European Union to suspend the authorization of GMOs until the EU is capable of evaluating the risks they pose. (DOMINIQUE FAGET/AFP/Getty Images)

  • Greenpeace activists stand a protest in front of Los Pinos presidential residence in Mexico City against the farming of transgenic corn in Mexico, on June 26, 2009. (ALFREDO ESTRELLA/AFP/Getty Images)

  • A Greenpeace activist impersonating Brazil's Chief of Staff Dilma Russeff takes part in a protest against the authorization to grow transgenic rice during a meeting of the National Biosecurity Technical Commission (CYNBIO) at the Science and Technology Ministry in Brasilia October 15, 2009. (JOEDSON ALVES/AFP/Getty Images)

  • Greenpeace activists distribute samples of transgenic rice as part of a protest against the authorization to grow transgenic rice during a meeting of the National Biosecurity Technical Commission (CYNBIO) at the Science and Technology Ministry in Brasilia October 15, 2009. (JOEDSON ALVES/AFP/Getty Images)

  • The logo of French 'Les faucheurs volontaires' (Volunteer trimmers of GMO) is seen as demonstrators stand in front of the booth of French union 'la confederation paysanne' (farmers union) during an action against GMO at the International Agricultural Fair on March 6, 2010 in Paris. The European Commission authorised, on March 2, the cultivation of a genetically modified potato, developed by BASF, the first such green light for 12 years. The issue of so-called 'frankenfoods' has long been a matter of fierce debate in Europe and the commission stressed that the Amflora potato in question would be able to be grown only for 'industrial use' including animal feed, rather than for human consumption. (BERTRAND LANGLOIS/AFP/Getty Images)

  • A couple waves after a parody of union between German chemical giant BASF (L) and the European Food Safety Authority (R) - Autorite europeenne de securite des aliments- (EFSA) during the International Agricultural Fair on March 6, 2010 in Paris. (BERTRAND LANGLOIS/AFP/Getty Images)

  • A giant banner depicting a farm, is seen as Greenpeace activists hold banners to protest against the genetically modified (GMO) food production in front of the parliament building of Budapest on February 10, 2010. (ATTILA KISBENEDEK/AFP/Getty Images)

  • A grey-cow is pictured near Greenpeace activists in traditional Hungarian costume standing in front of a giant banner depicting a farm as others hold a banner reading 'GMO-free Europe' to protest against the genetically modified (GMO) food production in front of the parliament building of Budapest on February 10, 2011 during a demonstration. (ATTILA KISBENEDEK/AFP/Getty Images)

  • Greenpeace activists hold a banner to protest against the genetically modified (GMO) food production in front of the parliament building of Budapest on February 10, 2010. (ATTILA KISBENEDEK/AFP/Getty Images)

  • A man dressed up as a bee holds a placard during a demonstration organized by French Professional Beekeepers Federation (FFAP) to protest against the use of pesticide on September 14, 2011 along the Saint-Bernard quay in Paris. (JACQUES DEMARTHON/AFP/Getty Images)

  • Anti-Genetically Modified Organisms (GMO) demonstrators protest in front of Colmar courthouse on September 28, 2011, eastern France, during the trial of 60 militants accused of destroying MGO plants. (FREDERICK FLORIN/AFP/Getty Images)

  • An anti-GMO activist holds a banner reading 'Science without conscience is but the ruin of soul' during an action to call for the ban of the 'MON 810', a variety of genetically modified maize (corn) developed by Monsanto Company on January 23, 2012 at a Monsanto storehouse in Trebes near Carcassonne, southern France. (ERIC CABANIS/AFP/Getty Images)

  • Is Branding Food With "GMO" the Kiss of Death?

    Prop 37 in California proposes that genetically modified food be labeled "GMO". If you knew your food was genetically modified, would you still eat it?

 

Suivre Yanick Barrette sur Twitter: www.twitter.com/MasterBary

Suivre Le HuffPost Québec