Yanick Barrette

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Yanick Barrette
 

La fin du clivage gauche-droite?

Publication: 12/04/2013 06:15

Les spécialistes de la politique répètent ad nauseam que le clivage gauche versus droite est révolu, voire qu'il constitue une conception politique archaïque. Sur le plan théorique peut-être, mais en pratique est-ce réellement le cas? Plusieurs éléments nous portent à croire que cette opposition, loin de s'être estompée, a subi une mutation, constituant plus que jamais un repère pour une majorité de citoyens.

L'idée de ce texte n'est pas de présenter l'arène politique de manière dichotomique, dans la mesure où nous sommes conscients qu'il existe des tendances, des mouvements et des idées qui sortent de cette bipolarisation sociopolitique. Les tendances sont aussi diverses que diversifiées, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Il serait ainsi réducteur d'affirmer que les deux blocs idéologiques sont monolithiques ou même homogènes. Ils sont effectivement marqués par des tensions, des conflits et des rapports de pouvoir. Cela dit, il serait encore plus faux d'associer bêtement les deux grandes conceptions à des stéréotypes de type: les gauchistes sont des socialistes/communistes, tandis que les droitistes appuient Bush, Harper ou encore Romney.

LIRE AUSSI
- La gauche et la droite expliquées à mon fils
- Pourquoi le débat gauche-droite est inutile

De telles conceptualisations sont pourtant répandues dans les discussions et les débats, autant dans la sphère privée que publique. Or, il est vrai, en général, que la gauche a une propension à favoriser un interventionnisme étatique, tandis que la droite a une tendance à privilégier l'exercice du libre marché. Mais ces propriétés théoriques peuvent être (et sont souvent) articulées à des nuances. Après tout, rien n'est totalement blanc ou entièrement noir. Il convient donc de ne pas verser dans des raccourcis intellectuels.

Nous l'avons mentionné, l'arène politique est hétérogène et muable. Malgré cela, qu'on le veuille ou non, le recours conceptuel à la gauche ou à la droite s'est renforci au cours des dernières années, agissant, malgré leurs dissensions internes, de plus en plus comme facteurs d'intégration, ainsi que comme repères argumentatifs. De même, nous remarquons que les individus ont une disposition à se définir comme étant de gauche ou de droite lors de leurs débats ou discussions. Dans cet ordre d'idées, un regard rapide de l'actualité ou une simple navigation sur Internet suffisent à constater cette bipolarité des points de vue. Par exemple, lors du printemps érable, nous avons constaté, malgré la présence d'autres mouvements marginaux, une polarisation entre, d'un côté, les carrés rouges - associés machinalement à la gauche et parfois même aux idées communistes - et, de l'autre, aux carrés verts - reliés instinctivement à la droite et au capitalisme sauvage. Le même phénomène de différenciation - souvent couplé d'une série de moqueries et de clichés - est perceptible sur les blogues, les forums et les réseaux sociaux, tout comme dans les discussions de salon ou de taverne. En fait, même les partis politiques font constamment allusion à ce clivage, se revendiquant de la gauche, de la droite ou du centre, ce qui conséquemment participe à la légitimisation de ce clivage.

Par ailleurs, le regain d'intérêt pour l'extrémisme politique - un peu partout sur la planète, mais principalement en Europe - constitue un autre indicateur de l'importance et de l'actualité de l'opposition gauche versus droite. Même au niveau des politiques publiques, la partisanerie pour un thème, un sujet ou autre renvoie nécessairement à cette opposition, qui, rappelons, est rattachée à des systèmes de valeurs, d'idées, d'opinions et d'attitudes. Pensons simplement au mariage homosexuel, à l'avortement, la santé, l'éducation, etc. Les exemples sont multiples et forts de sens... D'ailleurs, il n'est pas rare d'entendre des phrases creuses comme: «La droite répartit la richesse de façon inéquitable, pendant que la gauche répartit la pauvreté de façon équitable».

En dernière analyse, je vous demande sincèrement: avons-nous dépassé le clivage gauche/droite comme le prétendent les experts politiques? Les éléments présentés précédemment nous invitent à la nuance. D'un point de vue empirique, nous estimons que le clivage sociopolitique entre la gauche et la droite agit comme un mécanisme de structuration des pensées, des comportements et des attitudes électorales et discursives. En outre, nous constatons la tendance qu'ont les individus à se réfugier à l'intérieur de l'un ou l'autre des deux grands blocs idéologiques pour, d'une part, schématiser et structurer leurs arguments et, d'autre part, pour discréditer leurs adversaires politiques. À la lumière de ces révélations, nous observons qu'il existe une prédominance de l'opposition gauche versus droite dans les relations sociales. En somme, le clivage gauche/droite représente donc à la fois une méthode de distinction, ainsi qu'un dispositif de mobilisation et de coalition, ce qui assurément le rend bien réel et actuel.

VOIR AUSSI

Loading Slideshow...
  • La réforme de l’assurance-emploi

    Le gouvernement de Stephen Harper a adopté, à la fin de 2012, sa réforme de l’assurance-emploi afin d’intensifier les efforts de recherche d’un travail chez les prestataires. Les conservateurs ont minimisé les critiques disant que ces changements mèneraient des travailleurs qualifiés à accepter des emplois loin de leurs compétences ou… de leur maison. La grogne contre Ottawa n’a fait que s’intensifier à ce sujet depuis le début de 2013.

  • Idle No More

    C’est à la fin de 2012, après l’adoption du projet de loi C-45, qui viole des traités ancestraux selon les autochtones, que les Premières Nations débutent le mouvement de protestation Idle No More. Le 11 décembre 2012, la chef crie Theresa Spence entreprend une grève de la faim, souhaitant une rencontre avec le premier ministre Harper. Le silence et l’inaction du gouvernement sont décriés par plusieurs, d’autant plus que, pendant ce temps, le premier ministre reçoit à son bureau les gagnants de la téléréalité Occupation double. Les Premières Nations réclament toujours un vaste chantier sur leurs conditions et leurs droits.

  • Le débat sur l’avortement refait surface

    En septembre 2012, un député conservateur d’arrière-ban lance un pavé dans la mare en déposant une motion sur le statut du fœtus. La motion est rejetée, mais l’appui de 91 députés, dont la ministre de la Condition féminine Rona Ambrose, inquiète certaines personnes qui craignent la réouverture du débat sur l’avortement. Le premier ministre balaie cette possibilité en réaffirmant la légalité de l’avortement au pays.

  • Le registre des armes d’épaule aboli

    Arguant qu’il était désuet et coûteux et qu’il faisait passer les «chasseurs pour des criminels», les conservateurs ont profité de leur majorité pour voter un projet qu’il leur était cher depuis longtemps : l’abolition du registre des armes d’épaule et de ses données. Les réactions ont été vives, surtout au Québec et chez les groupes de victimes de crimes armés. Québec a demandé le rapatriement des données pour créer son propre registre.

  • La reine au goût du jour

    En juillet 2011, le ministre John Baird remplace des tableaux d’Alfred Pellan par un portrait de la reine, aux bureaux du ministère des Affaires étrangères. Au cours de la même année, plusieurs gestes sont posés pour remettre la royauté au goût du jour. La Défense appose le mot «royale» à la marine et à la force aérienne du Canada et les ambassades canadiennes sont sommées d’ajouter un portrait d’Élisabeth II à leurs murs.

  • Des statistiques moins précises

    En 2010, le gouvernement a décidé de mettre fin à l’obligation pour les Canadiens de remplir le formulaire long lors du recensement, qui se fait tous les cinq ans. Cette politique était en vigueur lors du dernier coup de sonde, en 2011, privant ainsi les statisticiens de nombreuses données précieuses.

  • Le G20 à Toronto

    Les coûts pour la sécurité ont atteint près d’un milliard de dollars. Le choix de tenir le sommet du G20 au centre-ville de Toronto avait été vertement critiqué. Des dépenses extravagantes à Huntsville, pour le sommet du G8 qui avait précédé, avaient aussi été décriées. Mais ce sont les quelque 1100 arrestations massives, les plus importantes de l’histoire du pays, qui ont marqué l’imaginaire collectif.

  • Le fiasco des F35

    En 2010, le gouvernement conservateur annonce l’intention de remplacer ses vieux jets CF18 en faisant l’acquisition de 65 nouveaux F35. Coût de l’opération : 16 G$. Après de nombreux débats aux Communes et un rapport indiquant que les coûts s’élèveraient plutôt à 45 G$, les conservateurs ont choisi de freiner le projet et de revenir à la case départ. Pour le moment, on prévoit débloquer des fonds pour maintenir la flotte de CF-18 en opération jusqu’en 2020.

  • Le dossier Omar Khadr

    Le Canada a été montré du doigt pour avoir tardé à rapatrier au pays Omar Khadr, emprisonné à Guantanamo depuis 2002 et reconnu coupable, en 2010, de crimes de guerre qu’il a commis à l’âge de 15 ans. Khadr était le dernier ressortissant d’un pays occidental prisonnier à Guantanamo. Lors de son retour au Canada, en septembre 2012, il s’était écoulé un an depuis le moment où son rapatriement avait été permis.

  • Des journalistes contrôlés?

    Depuis son arrivée au pouvoir, Stephen Harper ne s’est pas fait d’amis auprès des journalistes. Dès ses premières conférences de presse, le premier ministre est critiqué sur le nombre de questions auxquelles il répond. Les professionnels de la presse condamnent aussi les difficiles demandes d’accès à l’information et le fait que certaines personnes, comme les ministres ou les fonctionnaires scientifiques, soient difficiles à rejoindre.

  • Le retrait de Kyoto

    Stephen Harper a déjà indiqué que le protocole de Kyoto était un complot socialiste qui visait à soutirer de l’argent aux pays riches. Pas surprenant, donc, qu’en décembre 2011, après avoir ignoré maintes fois ses cibles, le Canada se retire officiellement de Kyoto. Dans les grandes réunions environnementales, le Canada s’attire la foudre de la communauté internationale et rafle bon nombre de prix fossiles.

  • Durcissement des lois

    La position des conservateurs sur les jeunes contrevenants et sur les questions carcérales a divisé les Canadiens. Si plusieurs se réjouissent que le parti de Stephen Harper ait tenu ses promesses en durcissant certaines lois, d’autres croient que l’on devrait investir dans des programmes sociaux et des mesures de prévention. Le projet de loi C-10, adopté début 2012 et qui durcit les peines de certains crimes en plus de rendre le pardon plus difficile, a été vivement critiqué. Le projet C-30 sur la surveillance Internet a pour sa part été abandonné en février 2013, après plus d’un an de débats et de controverses.

  • Nominations unilingues

    En octobre 2011, Stephen Harper nomme Michael Moldaver, un juge unilingue anglophone, à la Cour suprême du Canada. En 2006, alors qu’il est au pouvoir que depuis un mois, le premier ministre avait posé un geste similaire. La nomination de Michael Ferguson, aussi unilingue anglophone, au poste de vérificateur général, en novembre 2011, avait ajouté l’insulte à l’injure et rouvert le débat sur le bilinguisme.

  • Les artistes en colère

    Les artistes n’ont jamais été de fervents défenseurs des politiques des conservateurs. Dès 2008, des chanteurs, acteurs et autres artistes se liguent et présente la vidéo <a href="http://www.youtube.com/watch?v=n3HVFsIQ5M4" target="_blank">Culture en péril</a>. Ils dénoncent les coupures dans le milieu de la culture et, plus tard, les politiques qui nuisent aux droits d’auteur. Les coupes dans les budgets de nombreux organismes, dont Radio-Canada, mettent également le feu aux poudres.

  • La prorogation

    Fin 2009, le premier ministre Harper choisit de fermer la Parlement. Résultat? Les députés ne siégeront pas pendant 63 jours. On veut reprendre les travaux une fois les Jeux de Vancouver passés. Mais plusieurs indiquent que les conservateurs souhaitent faire tomber la poussière sur le transfert de détenus afghans. Fin 2008, Harper avait également demandé la prorogation – qu’il obtint – à la gouverneure générale Michaëlle Jean, alors que son gouvernement minoritaire est menacé par une coalition formée par les libéraux de Stéphane Dion et les néo-démocrates de Jack Layton et appuyée par les bloquistes de Gilles Duceppe.

 

Suivre Yanick Barrette sur Twitter: www.twitter.com/MasterBary

Suivre Le HuffPost Québec