LES BLOGUES

Le «Point Godwin» et les dictatures

14/04/2017 09:01 EDT | Actualisé 14/04/2017 09:01 EDT

Je voudrais aborder dans ce billet un sujet que l'on considère comme étrangement tabou: l'analogie entre un dirigeant d'un pays quelconque et Hitler. C'est ce qu'on appelle en langage courant «le point Godwin» ou «la loi Godwin».

Définissons d'abord cette expression. Selon Wikipédia :

«La loi de Godwin est une règle empirique provenant d'un énoncé fait en 1990 par Mike Godwin relatif au réseau Usenet, et popularisé depuis sur Internet:

«Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s'approche de 1.»

Dans un débat, atteindre le point Godwin revient à signifier à son interlocuteur qu'il vient de se discréditer en vérifiant la loi de Godwin.

Il y a quelques jours, le porte-parole de la Maison-Blanche a comparé le président syrien Bachar Al-Assad à Hitler et cela a provoqué une énorme controverse. Il a dû s'excuser publiquement et il l'a fait à plusieurs reprises.

Voici maintenant mon malaise avec toute cette histoire.

Je me demande pour quelle raison les gens se sont offusqués d'une telle comparaison.

Est-ce parce qu'il ne faut jamais que l'Holocauste soit comparable avec d'autres génocides/crimes de guerre?

Est-ce parce qu'Assad n'est pas aussi violent que Hitler?

Est-ce parce que les victimes du régime syrien ne méritent pas d'être comparées aux victimes de l'Holocauste?

N'est-il pas consensuel de dire que toutes les vies humaines sont égales en valeur, en dignité? La mort d'une personne innocente à cause de la guerre en Irak mérite autant l'indignation que si c'était à cause de la Première ou la Deuxième Guerre mondiale ou à cause des colonialismes français et anglais.

Rappelons un peu de ce qui s'est passé durant l'Holocauste: 21 millions personnes ont été tuées, massacrées et torturées dans des camps de concentration ou en pleine rue ou dans leur maison. C'est certain que le massacre de six millions (selon certaines ressources) de personnes juives a été le plus médiatisé et avec raison. On ne peut pas nier que les juifs sont le peuple qui a subi et continue de subir jusqu'à aujourd'hui le plus de discrimination et de haine depuis son existence. Mais cela ne doit pas pour autant réduire ou invisibiliser la teneur ou la gravité de la discrimination et de la souffrance que d'autres peuples et populations subissent présentement.

Faudrait-il fixer un seuil minimal de victimes à la suite d'un massacre pour pouvoir le comparer à l'Holocauste?

Les bombes atomiques relâchées sur Nagasaki et Hiroshima et qui ont exterminé jusqu'à 22 0000 personnes, pouvons-nous qualifier cela d'Holocauste?

Les centaines de milliers de personnes massacrées, décapitées, traitées comme esclaves et torturées pendant la colonisation française, pouvons-nous qualifier cela d'Holocauste?

Revenons à Assad et sa comparaison avec Hitler.

Je ne sais pas si vous vous rappelez ou bien si vous êtes au courant du massacre de Hama, cette ville syrienne qui a été rasée par les chars blindés et les forces aériennes du régime syrien en 1982. Selon The Gardian, 20 000 personnes ont été massacrées et selon d'autres ils étaient plus que 40 000 personnes! C'était le père de Bachar Al-Assad qui a ordonné ce massacre et son oncle qui l'a exécuté.

Le président actuel: Bachar Al-Assad, le «protecteur des minorités», le «défendeur de la laïcité» face aux «méchants musulmans».

Comprenez-moi bien, je ne mets aucunement en doute la violence et la barbarie d'ISIS et cie. Tout le monde, ou presque, s'entend pour dire que ces groupes doivent être éradiqués de la surface de la Terre. Le problème est que certaines personnes s'offusquent du seul fait qu'on qualifie le président syrien de dictateur. D'autres s'offusquent du fait de le comparer à Hitler comme c'est le cas présentement dans l'actualité.

Je me demande ce qui le différencie de Hitler.

Le régime de Hitler a massacré des innocents à cause de leur religion. Celui d'Assad aussi.

Le régime de Hitler a torturé des innocents à cause de leur opposition à son régime. Celui d'Assad aussi.

Qu'est-ce qu'il manque d'abord?

Au début de la révolution syrienne, un jeune garçon de 13 ans, Hossam, a subi le suivant:

Hossam a 13 ans. Il y a quelques mois, les forces syriennes l'arrêtent et l'enferment dans une cellule. «Ils m'ont électrocuté en me posant sur le ventre une pince pour électrocuter le bétail. Je me suis évanoui. Quand ils m'ont interrogé une deuxième fois, ils m'ont battu et électrocuté de nouveau. La troisième fois, ils avaient des pinces avec lesquelles ils m'ont arraché les ongles des pieds. Ils m'ont dit: ''Souviens-toi bien, nous arrêtons les adultes et les enfants, et nous les tuons tous''».

J'ai moi-même écouté le témoignage de dizaines de personnes au Liban qui ont eu le même sort que Hossam pendant l'occupation syrienne du Liban, et j'en passe.

Les prisons comme celles de Sednaya sont réputées pour leur art et leur passion à torturer et faire des tueries en masses des prisonniers politiques, avant et pendant la gouvernance du président Assad actuel.

Alors je me demande ce qu'il manque de plus afin d'être capable de comparer Assad et ses tortures à Hitler. Le fait qu'il n'a pas utilisé les exacts mêmes moyens que ceux d'Hitler? Le fait qu'il n'a pas utilisé des chambres de gaz? Le fait qu'il n'a pas massacré des juifs peut-être?

Franchement, je ne sais pas!

Pour moi, Assad, Saddam Hussein, Kadhafi, Truman et tous ceux qui ont massacré des innocents sont comparables à Hitler.

Tout massacre, tout génocide, toute perte de vie innocente est comparable à l'Holocauste.

Toute âme humaine innocente perdue injustement est une âme perdue de trop .

Pour conclure, je termine par la citation suivante:

Il nous semble que ces mots de Jean Jaurès citant Clemenceau, à la Chambre des députés en 1908 résument mieux que cent discours l'aventure coloniale de la France en Algérie. Ces crimes de masse qui totaliseraient plusieurs millions sur la période de la nuit coloniale - nous n'osons pas prononcé le mot génocide qui serait une marque déposée des crimes nazis envers les juifs- sont une réalité indéniable: «On a tué, massacré, violé, pillé tout à l'aise dans un pays sans défense, l'histoire de cette frénésie de meurtres et de rapines ne sera jamais connue, les Européens ayant trop de motifs pour faire le silence (...)»

LIRE AUSSI:

» Quand Trump se souvient mieux de ce qu'il mange que des pays qu'il attaque

» Le régime syrien a utilisé des armes chimiques plus de 50 fois, selon Tillerson

» Le porte-parole de la Maison-Blanche s'excuse après avoir comparé Assad à Hitler


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter