LES BLOGUES

On mange les bébés à minuit moins quart

29/10/2013 12:14 EDT | Actualisé 28/12/2013 05:12 EST

Je viens de lire une chronique sur le Huffington Post Québec, qui me laisse perplexe et quasiment sans mots. Selon Claude Aubin, policier à la retraite du SPVM, les musulmans sont des menteurs et des enjoliveurs. Il ne manquait que de les traiter de vendeurs de tapis ou de charmeurs de serpents.

Son argument principal se base sur le fait que les musulmans de toutes ethnies qu'il a dû arrêter ne juraient que par Allah pour justifier leur innocence. De plus, dans sa chronique, il détaille les crimes en assoyant ses propos sur certains préjugés non fondés et véhiculés par certaines croyances populaires, certaines radios poubelles et des sites xénophobes. C'est drôle, en lisant sa chronique, j'avais le monologue du 'Fuck', du grand acteur Edward Norton, défilé dans ma tête.


Par quoi commencer, cher monsieur le retraité de la police?

Commençons par Allah et son prophète :

- Dans le coran, il est clair et net que le mensonge est un péché impardonnable : « La malédiction de Dieu tombe sur les menteurs » (Sourate 3:61).

- Dans une autre sourate : « Dieu ne dirige pas celui qui est pervers et menteur » (Sourate 40:28).

Le prophète Mahomet (Mohammed pour les intimes) persiste et signe concernant l'importance de toujours dire la vérité, quel que soit le résultat : « La sincérité mène à la piété et la piété mène au Paradis. Un homme, à force de se montrer sincère, finit par être inscrit comme sincère auprès de Dieu. Mentir mène aux écarts de conduite et les écarts de conduite mènent à l'Enfer. Un homme, à force de mentir, finit par être inscrit comme menteur auprès de Dieu. »

Le faux serment : mentir ou déformer un témoignage est inacceptable dans l'islam, et il est mal vu par la communauté. Mentir pour favoriser un proche ou pour se sortir d'un pétrin n'est nullement accepté ni par l'islam ni par les musulmans. Le Prophète a dit : « Attachez-vous à la véracité, même si vous y voyez une perte, car le salut se trouve dans la véracité ».

Puisque je réplique à une chronique mal écrite (voire mal initiée???), je ne me permettrai pas de faire la même erreur. Alors je vous informe du fait que l'islam n'autorise que le mensonge dit « blanc ». Ce terme signifie que le mensonge ne doit nuire à personne, mais bien au contraire, il doit réconcilier les parties prenantes dans un conflit.

« N'est pas considéré comme menteur celui qui veut réconcilier des gens en transmettant des bonnes choses aux uns et disant du bien à d'autres. »

Aussi : « Je ne l'ai entendu tolérer le mensonge que dans trois cas : pendant la guerre, la réconciliation entre les gens et les paroles échangées entre l'homme et sa femme (couvrir les défauts, se complimenter afin de maintenir de bon rapport entre conjoints) ».

Puisque monsieur Claude Aubin a suivi des cours d'Interculturalisme et de communication, il doit savoir que dans le rapport entre cultures ou religions, il faut tempérer, comprendre l'autre afin qu'il puisse à son tour nous comprendre. Comme me le répétait ma professeure bien-aimée en communication interculturelle: « la culture est propre à chacun ». C'est-à-dire que la culture est une question de perception personnelle d'un ensemble de valeurs. Chaque humain a une culture propre à lui, selon son éducation et les valeurs inculquées; et en généralisant, nous effaçons les individus avec toutes les propriétés qui leur sont propres.

Pourquoi porter un jugement sur l'ensemble des individus ayant comme religion l'islam?

Franchement, quand je commence à lire un article ou une chronique qui débute par « J'ai des amis de toutes les couleurs, de tous les horizons et de toutes opinions et cette chronique n'est le fruit que de mes seules expériences », je me dis que l'auteur apportera un écrit sur la base de son expérience, que je respecterai. Après tout, nous sommes des démocrates, majeurs et vaccinés, et de plus, nous vivons dans une démocratie plurielle. Donc, on n'a pas à justifier son point de vue, ni ses idées. Encore moins à affirmer qu'on a des amis d'une culture pour justifier son ouverture aux autres. La preuve la plus loufoque vient de Nadine Morano.


Par contre, quand l'auteur nous dit que certains de ses collègues étudiants, et notez bien qu'ils sont algériens, lui signifient qu'ils veulent « foutre la merde dans le monde et nous niquer », sérieusement, en quoi ça concerne les musulmans en général? Ces abrutis représentent qui? Quelles valeurs ajoutées apportent ces paroles? Faisons-nous des accusations par association ? L'auteur rate encore une bonne occasion de moduler son point de vue et par le fait même, nous pouvons constater l'ampleur de ses a priori discriminatoires.

Je suis sidéré que des gens puisse penser que la majorité silencieuse de musulmans qui, sournoisement, installe une islamisation stratégique et déguisée afin de dominer les Occidentaux. À ce registre, je réplique que l'islamisation de l'occident n'est qu'un mythe entretenu par les branches radicales de l'extrême droite et certains mouvements évangéliques. Je vous invite à lire l'essai de Raphaël Liogier, professeur de sociologie à l'IEP d'Aix-en-Provence et auteur du livre Le mythe de l'islamisation: essai sur une obsession collective paru aux éditions du Seuil. Je vous invite aussi à regarder cette vidéo:


Finalement, pour ne pas trop prendre de votre précieux temps, si chaque policier faisait un compte rendu des actes des communautés qu'il a dû couvrir, nous aurions une phobie envers toutes les communautés présentes au Québec. Nous deviendrons hostiles envers les Italiens, car ils seraient des mafiosos, nous craindrions les Haïtiens, car ils seraient des membres de gangs de rue, et nous aurions peur de tous les étrangers qui ne nous ressemblent pas, car ils mangeraient des bébés à minuit moins le quart avec la complicité de la gauche multiculturelle.

Faire du bashing à l'islam est rendu coool...

Tout journaliste, blogueur ou personnalité en manque de notoriété et désirant se faire connaitre, n'a qu'à attaquer les musulmans et l'islam pour se faire un nom. Qui a dit qu'Édouard Drumont est mort? Non, il est vivant... Malheureusement, il a prit plusieurs formes et identités.

J'attends avec impatience un Émile Zola.

Qui est l'Émile Zola du 21e siècle? Qui sera le Charles de Gaulle de notre ère? Et qui va payer les pots cassés de cet encouragement à l'islamophobie régnante?

De grâce, j'espère ne plus être de ce monde lorsque l'injustice deviendra loi.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

De quelles religions sont les Québécois?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.