Vladimir De Thézier

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Vladimir De Thézier
 

Et la richesse sociale du diplôme?

Publication: 05/05/2012 08:32

Étant donné la crise sociale historique provoquée par le «choix politique et parfaitement idéologique» du gouvernement libéral du premier ministre Jean Charest d'imposer une hausse injuste et injustifiée des frais de scolarité universitaires aux étudiants québécois, j'interrompe exceptionnellement ma série de billets pour publier une lettre signée et appuyée par les membres du conseil d'administration des Intellectuels pour la souveraineté (IPSO), laboratoire d'idées dont je fais partie.

L'argumentaire pour la hausse développé [le 2 mai 2012] par un certain nombre de personnalités réduit les diplômes à leur apport économique individuel. Il passe complètement à côté des avantages économiques et sociaux collectifs de l'accès universel à une éducation de qualité. Dans un pays riche et développé comme le Québec, la question des droits de scolarité n'est jamais une question de faisabilité. C'est une question de répartition de la richesse et de choix politique.


Il faut le dire: la force économique du Québec-pays permettra de se doter d'un système scolaire gratuit, alors que la marge budgétaire du Québec-province permettrait tout de même un gel des droits de scolarité. Nous refusons l'argument de la « juste part ». Est-il juste de demander à l'étudiant de payer avant même de devenir un contribuable, le forçant à travailler pour faire ses études, une part qu'il pourra rendre au centuple plus tard en payant, grâce à son éducation, plus d'impôts que la moyenne, au bénéfice de l'ensemble de la société ?

La fixation canadienne

On nous ressasse la comparaison avec le Canada et les États-Unis, espérant que le Québec puisse les imiter. On reste les yeux rivés sur l'Amérique du Nord, en oubliant nos amis mexicains qui jouissent de la gratuité scolaire. Le discours économique vante la mondialisation, mais pour le financement de l'éducation on devient myope, restreint au modèle canado-étatsunien. On cite rarement les modèles de faibles droits de scolarité et de gratuité. Outre le Mexique, dans plusieurs pays d'Europe, l'université y est gratuite ou moins chère qu'ici. C'est le cas de la Norvège, la Suède, la Finlande, le Danemark ; bref, tous les pays nordiques, les plus avancés socialement et économiquement de la planète, auxquels s'ajoutent entre autres la République tchèque, la France, la Belgique, l'Autriche, la Suisse, l'Espagne, le Portugal et l'Italie. En cette époque, s'arrêter à cette proximité géographique relève presque d'une forme de repli sur soi.

La hausse des droits est réductrice de plusieurs façons, même sur le plan économique, car axée sur l'individu et le court terme. De plus, la comptabilité économique a ses limites. Quand des esprits bien formés mettent de l'avant des politiques contre l'intimidation ou la maltraitance, il y a là la poursuite d'un mieux-être collectif qui vaut plus que de l'argent.

Une vision économique d'ensemble consisterait plutôt à mieux situer le budget de l'éducation dans celui du Québec tout entier. Plusieurs sources de revenus du Québec sont possibles pour financer les collèges et les universités, dont les redevances sur les mines, comme il se fait ailleurs dans le monde.


... et la myopie provincialiste

Le problème du sous-financement des universités ne doit pas faire abstraction du cadre fédéral. On oublie trop souvent qu'il provient essentiellement des coupes des transferts fédéraux à l'éducation depuis 1994-1995, transferts payés d'ailleurs par nos impôts. Mais après ces compressions, Ottawa a préféré utiliser notre argent pour s'ingérer dans le champ de l'éducation, sans tenir compte des responsabilités des provinces (Bourses du millénaire, Fondation canadienne pour l'innovation, chaires de recherche du Canada).

Ces transferts directs aux personnes ont un impact sur le budget du Québec et sur celui des collèges et des universités, en les forçant à payer des subventions d'appariement, des frais indirects, des achats de matériel et de services d'entretien des laboratoires au soin du Québec.

Le régime fédéral accentue ainsi un déséquilibre fiscal qui nous coûte plus de 800 millions par année en créant ce mal-financement. Il y a là amplement de quoi refinancer les universités. Avec les quelque 4,5 milliards que représentent les coûts de la défense par année pour le Québec, le choix de l'indépendance se pose clairement dans le dossier de l'éducation comme dans bien d'autres.


Pour la démocratisation du savoir

Peut-on se permettre de revenir à l'époque où les riches étaient les seuls à avoir accès aux études ? Les meilleurs emplois sont le fruit d'innovations technologiques. Ils exigent une formation de pointe. Notre meilleure arme dans la mondialisation demeure l'éducation et la formation d'une main-d'oeuvre spécialisée, seul rempart contre les délocalisations.

Avec son Plan Nord, Jean Charest veut confiner le Québec à l'exportation de matière première. L'avenir est à l'économie du savoir et à de solides secteurs secondaire et tertiaire. Mais notre gouvernement provincial refuse ce levier qu'est l'éducation et abdique sur l'accès aux études comme sur la transformation locale des ressources du Nord.

Il fait la leçon aux étudiants, mais ne prend pas les moyens budgétaires et politiques pour amener Québécois et Québécoises vers une économie plus compétitive mondialement, plus productive économiquement et socialement.


Ont signé cette lettre : Angèle Richer, Siegfried L. Mathelet et Gilbert Paquette, appuyés par André Binette, Jocelyne Couture, Vladimir De Thézier, Micheline Labelle, Andrée Lajoie, Florent Michelot, Ercilia Palacio, Pierre Paquette, membres du CA des Intellectuels pour la souveraineté (IPSO).

 
Suivre Le HuffPost Québec