LES BLOGUES

Quelles mesures adopter pour développer Montréal?

16/11/2013 09:58 EST | Actualisé 16/01/2014 05:12 EST

En marge des résultats aux élections municipales montréalaises et de la démission récente de David Heurtel comme PDG de la Régie des installations olympiques (RIO), plusieurs nominations devront être déterminées dans les prochaines semaines afin d'envisager un meilleur développement pour Montréal.

Juste dans les différents organismes paramunicipaux de la ville-centre de Montréal, il y a plusieurs postes à combler qui auront un impact déterminant pour une meilleure direction de Montréal. Les personnes choisies entraîneront soit un développement constructif ou la poursuite du déclin socio-économique de Montréal.

Outre le fait que les choix doivent de facto porter sur des personnalités aux traits et approches éthiques et intègres, il est nécessaire de déterminer comment on veut développer Montréal avant de choisir ces personnes (ou leaders). À moins qu'on ne souhaite encore un concours de personnalités, comme cela l'a été durant la campagne électorale de Montréal et dans beaucoup trop d'administrations publiques de nos jours. Une réflexion approfondie est à souhaiter, mais je crains qu'elle ne se fasse pas. C'est un des points importants de ce billet et une des motivations importantes qui m'ont poussé à l'écrire.

Soit, la campagne de Montréal s'est jouée à la langue de bois, mais ce n'est plus nécessaire maintenant. Le pouvoir a été octroyé. Il est à souhaiter que l'on réfléchisse vraiment et que l'on se donne prochainement des politiques et des lignes directrices pour une meilleure vision et un développement gagnant pour Montréal.

Incidemment, une ville intelligente n'est ni une stratégie, ni une fin en soi. C'est, au mieux, une image qui durera quelques années comme le concept des villes créatives l'a été dans les années 90'. Bien sûr que l'accès WiFi gratuit c'est une bonne chose (plusieurs villes ont déjà cela et plus). Une gestion intelligente, c'est beaucoup plus que cela. Connectés ne veut pas dire meilleure qualité de vie... au contraire même, disent plusieurs spécialistes. Une ville intelligente ne veut pas dire, non plus, attirante aux yeux des touristes. Donc, comment les attirer et renouveler l'offre touristique ainsi que l'image touristique à peu de frais?

Comment développer Montréal?

Généralement, quelles politiques et quelles directions prendre pour le développement de Montréal? Souhaite-t-on une démarche allant vers du développement moderne ou, au contraire, encore une fois, une approche industrielle vétuste du type de celle des années 60? Une fois cela mûri, réfléchi et déterminé, il sera temps d'engager du personnel et de se demander s'il ne serait pas utile d'avoir du sang neuf pour porter Montréal vers un meilleur avenir.

Il est préoccupant qu'encore aujourd'hui, plein de fonctionnaires à Montréal, et dans plusieurs niveaux de gouvernements, fonctionnent avec cette philosophie vétuste. En outre, on pense qu'il faut attirer les industries chez nous (très polluant ou moyennement polluant peu importe!).

Prenons quelques cas précis comme les crashs de gestions dans le Vieux-Port, ou encore celui au parc Jean-Drapeau.

Il est extrêmement important de penser à créer, planifier et développer ces sites dans le sens du bien commun. Tout aussi important, il faut développer d'avantage d'attraits touristique pour ces lieux, à des coûts abordables et qui créeront des emplois non éphémères, mais durables (pas juste pour le temps de la construction!).

Sabrer dans le paramunicipal

Pour la Société de transport de Montréal (STM), à quand une gestion et un leader qui sera axé prioritairement sur le contrôle de dépenses, et pas juste sur un discours demandant toujours plus d'argent dans les transports collectifs?

Pour Bixi, comment justifier et entériner des pertes d'opération de dizaines de millions de dollars sans faire de changements dans le plan d'affaires? Et combien de millions va-t-on encore y engloutir cet automne sans que des mesures correctives soient mises de l'avant?

En somme, plusieurs coups de barre sont à donner dans plusieurs projets paramunicipaux.

Enfin, pour le Stade olympique, à quand une approche rentable et durable pour ces importantes installations? Le départ de David Heurtel est l'occasion rêvée pour Québec de bien repenser la gestion de ce lieu public et touristique (avec lequel on pourrait faire beaucoup mieux en passant...) et d'y instaurer une gestion rentable axée sur le développement durable (c.-à-d. pas juste des concerts sur l'esplanade comme on fait déjà à la place des festivals...).

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

9 lieux montréalais qui changeront de visage


Ce que les maires ont laissé à Montréal


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.