LES BLOGUES

Comment sauver Montréal de son mauvais sort ?

01/11/2013 01:41 EDT | Actualisé 01/01/2014 05:12 EST

Comment sauver Montréal qui est devenu, en fait, une presqu'île au lieu d'une ville insulaire et axé sur son fleuve...

Depuis une dizaine de générations, des centaines de milliers de Montréalais au sud et à l'est de l'île, ont commencé a être sérieusement privés de la dimension insulaire de leur choix de lieu d'habitation géographique sélectionné. Choisi justement, par plusieurs, pour les caractéristiques naturelles uniques i.e. fleuve, microclimat, topographie, etc.

Donc privé de la connexion visuel et accès au fleuve, à sa beauté et sa nature unique...des atouts fondamentaux de base pour Montréal.

Les industriels se sont donc emparés de la très grande majorité des terrains en bordure du fleuve et aussi le long du canal Lachine.

Donc coupure très flagrante et dommageable à la qualité de vie des citadins.

Cet dynamique a marqué, et marque toujours malheureusement trop Montréal, comment se fait-il ? inconscience ? manque de vision ?

On le sait le secteur industriel n'est plus créateur d'emplois de qualité, et n'est ni à la mode (et les usines sont désaffectées et abandonnées). Que faire ? Juste des appartements et des condos...? Est-ce pour le mieux ? Et pour le bien commun ?

Notre génération, et possiblement une suivante, aura l'occasion de redonner l'accès aux Montréalais et aux touristes à plus de nature riveraine et au fleuve. Mais les actions politiques, et les discours ambiants de la présente campagne électorale n'en n'ont que pour la construction de condos et d'appartements sur ces lieux qui devraient, autant que possible, demeurer communs.

Mais comment s'y prendre? et quelles sont les étapes ? Et par ou commencer ? À quels endroits? Mais y faire seulement que des parcs riverains...? Est-ce le mieux possible ? Et si ce ne sont que des parcs et promenades... qui va payer pour les terrains et l'aménagement ? Les divers paliers de gouvernements sont déficitaires et devraient surtout chercher à faire des investissements qui donneront un retour sur investissement.

Le Vieux-Port est de propriété fédérale et a connu de grands remous au niveau de sa gouvernance depuis les deux dernières années. Mais en faits, il y a divers terrains qui appartiennent à différents gouvernements (ville, province de Québec, etc.) pourquoi ne pas en parler durant la campagne électorale de Montréal ? et ne pas développer une vision ou quelques propositions de ce côté...?

Montréal comme île, avec son accès, et vus sur un de plus grands fleuves de la planète semble naturel et stratégique comme investissement touristique.

Je souhaite, tout comme le nouveau PDG de tourisme Montréal, M. Lalumière, que d'ici l'élection du 3 novembre que les candidats se positionnent, voire annoncent des intentions stratégiques. Mais à condition, comme j'ai écrit dans mon dernier billet sur le Huffington Post, qu'il préconisent et annoncent des sentences de prisons exemplaires aux responsables de malversations dans les dernières années à la ville-ceci afin d'éventuellement atténuer les cancers de collusions et et corruptions qui gangrènent Montréal.

Revenons donc au sujet de l'accès au fleuve et au développement touristique de Montréal...

Par exemple la création, et le développement d'un éco-camping urbain permettrait un développement semi-public (ne brisera pas le panorama et l'accès visuel comme les tours de condos et appartements)...en plus, cela créera des emplois durables et de nouvelles images de marque qui apporteront une nouvelle vitalité dynamique et innovatrice afin d'intéresser plus de gens à venir visiter, ou à revisiter Montréal. Des projets de ce type devrait être favorisés et réaliser prochainement afin de re-dynamiser l'offre touristique.

Si une auberge de glace apporte une image nouvelle pour une ville pourquoi pas un éco-camping urbain ? ...si le gouvernement fédéral américain annonce qu'il développera des campings urbains aux É.-U., quelle sera donc la première grande ville au Canada à la faire ? et a en récolter les retombées économiques et sociales? Des emplois verts, c'est plus que gagnant.

En plaçant plus d'emphase sur la création d'emplois et le développement durable à Montréal, nous réussirons à créer et a développer une ville plus consciente de ses particularités et atouts (donc une ville qui se comprend), mais aussi une ville plus belle, plus dynamique; en bref une grande ville qui se mettra justement en valeur pour un meilleur avenir pour un plus grand nombre de personnes possible.

PLUS: