Vincent Geloso

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Vincent Geloso
 

Les origines intellectuelles oubliées du salaire minimum

Publication: 24/04/2013 06:14

Le 1er mai prochain, c'est la fête des travailleurs. Pour l'occasion, une pléthore de groupes se rassemblera pour souligner les progrès des conditions des travailleurs depuis la fin du siècle. À chaque édition, les groupes présents réclament une hausse du salaire minimum afin de protéger les travailleurs et travailleuses et de combattre la pauvreté. Ils profiteront très probablement de l'occasion de réitérer cette demande.

Néanmoins, les effets nocifs de cette politique sont bien documentés. De manière générale, les économistes s'entendent pour dire que les hausses du salaire minimum ont rarement les effets attendus par leurs défenseurs. Au contraire, les conséquences inattendues sont nombreuses: augmentation du décrochage scolaire, taux de chômage accru dans certains groupes précaires de la population (femmes, jeunes adultes et immigrants) et des compressions de la structure des salaires vers le bas dans certaines industries.

Ce qui est moins connu, c'est que les premiers défenseurs du salaire minimum de l'âge moderne désiraient ces effets pervers au nom de la génétique! Dans le débat sur les effets du salaire minimum, il est peut-être temps de se rappeler qui furent les premiers à défendre cette idée et pourquoi ils l'ont fait.

Les économistes et les eugénistes

Après les premières décennies du XIXe siècle, la révolution industrielle commence à battre son plein: de nouvelles techniques et technologies de production améliorent rapidement la productivité de plusieurs industries, les salaires, l'espérance de vie et la variété des produits disponibles augmentent alors que le prix des biens et la mortalité infantile diminuent. Bref, la vie au quotidien devient moins précaire, et ce, même si la population augmente rapidement.

À cette époque, le lien entre la taille d'une population et le niveau de vie de celle-ci commence à s'affaiblir, c'est-à-dire que les pressions économiques exercées par une population grandissante commencent à s'amoindrir. Les suites de l'industrialisation inquiétèrent des hommes comme Francis Galton qui affirmait que les éléments les moins désirables d'une société industrialisée - qui pouvaient survivre plus aisément - iraient en se multipliant plus rapidement que les éléments les plus prometteurs. Ainsi, le patrimoine d'une société régresserait vers le bas. Galton est d'ailleurs l'inventeur du terme «régression» - utilisé par les économistes aujourd'hui - et le fondateur de l'eugénisme, l'étude des moyens pour préserver le patrimoine génétique d'une population. Les idées du statisticien Galton trouvèrent surtout écho chez les économistes de la seconde moitié du XIXe siècle.

Originellement, les économistes de la fin du XVIIIe siècle, tels Adam Smith, Adam Ferguson et David Hume, estimaient que la moralité, l'intégrité et l'honnêteté représentaient les conditions les plus nécessaires à l'émergence de l'économie de marché. Brisant avec cette tradition, des économistes britanniques notoires comme Alfred Marshall et Stanley Jevons (deux géants en science économique) voient ces progrès comme une opportunité pour les «parasites» de se développer dans le fonctionnement des sociétés. Contrairement à Galton qui proposait de multiplier les «bons éléments», ces derniers sont beaucoup plus favorables à la stérilisation, à la ségrégation ou à l'élimination des éléments les moins désirables de la population.

Rejoints en Angleterre par les socialistes George Bernard Shaw, Beatrice Webb et Sydney Webb, Marshall et Jevons trouveront vite des alliés aux États-Unis dont plusieurs des fondateurs de l'American Economics Association (Richard Ely, John Commons, Edward Ross), l'éditeur de la revue social-démocrate The New Republic, Herbert Croly, et Margaret Sanger, la fondatrice de Planned Parenthood. Même le président américain Woodrow Wilson exprimera maintes fois dans ses écrits sa sympathie pour ce courant de pensée.

Le salaire minimum et l'eugénisme

À leurs yeux, si les races inférieures (les noirs, les Italiens, les Canadiens français, les Polonais, les Irlandais, les Chinois, les Espagnols et les Grecs) étaient incapables de fournir des travailleurs aussi productifs que la race anglo-saxonne, ces dernières étaient capables d'accepter un niveau de vie inférieur. Par conséquent, elles acceptaient des salaires nettement plus bas que les travailleurs anglo-saxons. Tout ceci aurait pour résultat de priver d'emplois les travailleurs provenant de la bonne souche génétique. Il fallait donc établir un taux plancher pour les salaires, d'où la naissance du salaire minimum.

Reconnaissant ouvertement qu'une telle politique réduirait le nombre d'emplois offerts, l'un des premiers présidents de l'American Economics Association (AEA), Henry R. Seager, affirmait en 1913 que le salaire minimum aurait l'effet désirable de protéger les travailleurs «méritants» de la concurrence des travailleurs provenant de souches génétiques inférieures. Non seulement le salaire minimum retirerait ces individus du marché, mais il aurait pour effet de décourager l'immigration de ces derniers. Nombreux seront les économistes ou intellectuels (majoritairement de gauche, mais incluant aussi des conservateurs tels qu'Irving Fisher de l'Université Yale) qui affirmeront à maintes reprises que le salaire minimum aura l'effet désirable d'éliminer ces groupes «faibles» de la société - ou du moins de permettre leur ségrégation.

Parallèlement, ces individus proposeront aussi que le salaire minimum ait pour effet de revaloriser le rôle des femmes dans la préservation du patrimoine génétique. Peu formées et avec généralement très peu d'expérience sur le marché du travail, les femmes obtenaient des salaires nettement plus bas que les hommes. Vers la fin du XIXe siècle, l'activité des femmes sur le marché du travail commençait à augmenter ce qui inquiétait les eugénistes. Selon eux, si les femmes étaient attirées par des salaires plus alléchants, elles délaisseraient leurs tâches ménagères - nommément la préservation de la race anglo-saxonne. Logiquement, les eugénistes croyaient qu'un salaire minimum élevé aurait pour effet de contribuer à protéger les meilleurs éléments de la race en excluant les femmes du marché du travail.

Conclusion

Aujourd'hui, l'eugénisme n'a plus sa place dans le monde universitaire. Ce courant ainsi que ses revues savantes telles qu'Applied Eugenics et l'Eugenics Review ont disparu, enterrées sous le poids des horreurs de l'application trop bien connue aujourd'hui des principes de cette approche. Toutefois, comme les vestiges de la civilisation romaine, on retrouve encore ses traces dans notre vie quotidienne avec, entre autres, le salaire minimum. Souhaitons que les groupes de pression qui réclameront une hausse du salaire minimum sauront se souvenir qui furent les premiers défenseurs de cette mesure et pour quelles raisons.

VOIR AUSSI

Loading Slideshow...
  • 8: Québec: 22 %

  • 8: Québec: 22 %

    Avec une hausse de 22 % de l'écart entre les plus riches et les plus pauvres, la ville de Québec enregistre la plus faible croissance des inégalités parmi les grandes villes canadiennes. Toutefois, Québec a enregistré une baisse de revenus dans 6 quartiers sur 10 entre 1980 et 2005, l'une des plus importante au pays.

  • 7: Winnipeg: 31,5 %

  • 7: Winnipeg: 31,5 %

    Winnipeg a enregistré une hausse de 31,5 % de l'écart entre riches et pauvres entre 1980 et 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus fondre de 7,6 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 24 %.

  • 6: Montréal: 34 %

  • 6: Montréal: 34 %

    L'écart entre riches et pauvres à Montréal a grimpé de 34 % à Montréal de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 10 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 24 %.

  • 5: Vancouver: 36,5 %

  • 5: Vancouver: 36,5 %

    L'écart entre riches et pauvres à Vancouver a grimpé de 36,5 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 10,5 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 26 %.

  • 4: Ottawa: 37 %

  • 4: Ottawa: 37 %

    L'écart entre riches et pauvres à Ottawa a grimpé de 37 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu néanmoins leurs revenus grimper de 1,3 %, mais les 10 % les plus riches ont enregistré une hausse de revenus de 36 %.

  • 3: Edmonton: 39 %

  • 3: Edmonton: 39 %

    L'écart entre riches et pauvres à Edmonton a grimpé de 39 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 7,8 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 31,5 %.

  • 2: Toronto: 68 %

  • 2: Toronto: 68 %

    L'écart entre riches et pauvres à Toronto a grimpé de 68 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 5,5 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 62,5 %.

  • 1: Calgary: 81 %

  • 1: Calgary: 81 %

    Avec une hausse de écart entre riches et pauvres de 81 %, Calgary remporte la palme de la ghettoïsation. Selon les chercheurs, la hausse des revenus dans les quartiers les plus riches n'a pas entraîné les quartiers les plus pauvres vers de meilleurs revenus.

 
Suivre Le HuffPost Québec