LES BLOGUES

Donald Trump tente de diviser, même dans le sport

Les propos de Donald Trump semblent être un nouvel ajout d'huile sur un feu déjà bien présent.

26/09/2017 09:00 EDT
USA Today Sports / Reuters
Le football est lui-même rempli d'une grande diversité, mais d'une diversité qui n'est pas uniforme.

Comme la plupart des dimanches entre septembre et janvier, j'ai regardé dimanche dernier quelques matchs de football, sport que j'ai pratiqué dans une autre vie. Il y avait une pression palpable, deux jours après les commentaires incendiaires du président des États-Unis sur les joueurs protestant en s'agenouillant lors de l'hymne national.

C'est l'an dernier, sous la présidence de Barack Obama, que certains joueurs ont commencé à le faire, en réponse à toutes les tensions raciales qui ont eu lieu. Et si le phénomène s'est amplifié depuis, il n'en reste pas moins que la réalité que ces joueurs dénoncent est présente aux États-Unis depuis plus longtemps que le début de la présidence de Trump, même si ledit phénomène s'est certainement amplifié sous sa gouverne, sans que cela semble le choquer particulièrement (c'est le moins qu'on puisse dire, c.f. Charlottesville).

Après toute l'escalade de ces tensions, les propos de Donald Trump semblent être un nouvel ajout d'huile sur un feu déjà bien présent, un feu que le président tente maintenant d'allumer dans une des sphères les plus joyeuses de la vie américaine : le sport national.

Un sport lui-même rempli d'une grande diversité, mais d'une diversité qui n'est pas uniforme. En regardant les différents matchs de ce dimanche, quelque chose frappe, surtout après avoir entendu les propos de Donald Trump. La proportion de joueurs noirs sur le terrain est beaucoup plus grande que la proportion de spectateurs noirs dans les estrades, où les bancs sont remplis d'hommes blancs. Chez les dirigeants? Le seul propriétaire d'équipe issu d'une minorité est l'américano-pakistanais est Shad Khan. Tous les autres sont des blancs.

Les propos de Trump sont particulièrement révélateurs en ce sens.

Donc un sport joué par des noirs, dirigé par des blancs, regardé par des blancs. Les propos de Trump sont particulièrement révélateurs en ce sens. Lui qui a passé la campagne électorale à diviser pour gagner, tente le même coup encore une fois : diviser joueurs contre dirigeants d'équipe, joueurs contre partisans, et joueurs entre eux, alors que le but même du football est de se réunir ensemble, une fois par semaine, dans un esprit sportif, compétitif, et festif.

Est-ce que cette énième tentative de division va fonctionner? Est-ce qu'elle va encore plus exacerber les problèmes profonds du racisme aux États-Unis ou va-t-elle contribuer au contraire à rassembler les gens? À voir. Entre-temps, qui, de toute la fin de semaine, a entendu parler des nouvelles tentatives de réforme d'Obamacare au Sénat?