LES BLOGUES

Le wifi dans l'arrière-pays

24/11/2014 12:18 EST | Actualisé 23/01/2015 05:12 EST

Il y a bientôt 15 ans, nous avons cru - ne serait-ce qu'un peu - que nous allions perdre l'usage de nos micro-ondes, que les avions allaient tomber du ciel, que nos gigantesques ordinateurs se jetteraient par terre et que nous allions prendre feu d'un coup avant même d'avoir eu le temps de dire «Ok bye là!»

Peut-être devrions-nous fêter la fois où nous ne sommes pas décédés dans une fin du monde annoncée ?

Ou peut-être devrions-nous regarder où nous sommes rendus, ce que nous avons réalisé depuis ou qui nous sommes devenus ? Peut-être devrions-nous remarquer les incroyables progrès que l'humanité a fait depuis, et parallèlement, les domaines dans lesquels elle n'a pas le moins du monde avancé ? Voire régressé ?

Comme, par exemple, pour ce qui est du vivre et laisser vivre!

Parce que, depuis toutes ces années, l'informatisation et l'avènement des réseaux sociaux a permis à une majorité de pouvoir s'exprimer librement devant un très large public. Sans filtres, mais sans version légère non plus.

Et avec cette soudaine ouverture à l'expression sociale, est arrivée aussi une tendance à juger pour juger. On s'oblige à avoir des opinions et à les partager, mais on a oublié quelque chose pour laquelle on se bat depuis des centaines d'années : le droit d'avoir le choix.

Le choix d'allaiter ou de donner le biberon ;

Le choix d'avorter ou de donner vie ;

Le choix de travailler ou de rester à la maison ;

Le choix d'avoir une famille ou non...

Et si...

Et si la solution résidait dans notre capacité à s'informer avant de juger ? À admettre que chaque situation est du cas par cas! À réaliser que chaque choix est le fruit de réflexions et est influencé par plusieurs facteurs dont nous n'avons pas la moindre idée!

Peut-être devrions-nous nous faire à l'idée que nous ne connaissons pas les raisons qui ont poussé les choix des autres, et nous résigner à nous dire que ce qui est bon pour nous ne l'est probablement pas pour les autres ?

Peut-on arrêter de s'autoproclamer Roi du monde et considérer qu'il n'y a que notre façon de faire qui est bonne ?

Peut-on laisser les gens vivre de la façon qu'ils considèrent être la plus indiquée pour eux sans prétendre que nous détenons la vérité absolue ? Que sont devenues l'intégrité et la politesse ?

Avons-nous régressé au point où nous portons des jugements non fondés sur la façon de vivre de nos pairs et que nous lapidons sur la voie publique ceux qui ont une opinion différente de la nôtre ? Tout ça, caché derrière un écran en mangeant un sandwich jambon-mayo ?

Qu'elle sera la prochaine étape ? Vider les pots de chambre dans les rues ?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Ces parents sont plus paresseux que vous!

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter