Tina Karr

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Tina Karr
 

Sado-masochisme et petits petons

Publication: 25/06/2013 12:03

Dénicher une paire de chaussures à talons hauts, portables et supportables, peut ressembler à un véritable parcours du combattant. De boutique en boutique, de designer en designer, les femmes passent un temps fou à chercher la perle rare qui saura enjoliver leurs pieds mignons sans pour autant les faire souffrir le martyr. Certaines femmes avouent considérer comme un bon achat, tout escarpin qu'elles peuvent porter une heure, sans voir couler les larmes sur leurs joues.

Pourtant, dès l'instant où elles posent leur regard sur une paire de chaussures attrayantes et qu'elles sont saisies d'un véritable coup de cœur, elles sont soudainement prêtes à endurer serrements, pincements, crampes, ampoules et brûlures ou toutes déformations temporaires ou permanentes qui affecteront éventuellement leurs pieds et leur santé. Pour satisfaire leur désir, elles iront même, dans les cas extrêmes, jusqu'à se faire couper le petit orteil afin de pouvoir glisser leurs pieds dans de merveilleux stilettos. Et quand le supplice s'avère absolument abominable, les plus fanatiques n'hésitent pas à se faire injecter du Botox pour minimiser les sensations douloureuses.

Les femmes sont-elles masochistes?

Sinon, pourquoi sont-elles prêtes à déformer leurs pieds, à endurer un calvaire et à dépenser parfois des fortunes pour enfiler des chaussures qui sont rarement adaptées à leur morphologie et souvent une taille ou une taille et demie en dessous de leur pointure réelle?

Il est vrai que depuis des siècles, on associe les petits pieds à la condition sociale aristocratique, à la féminité et à la sexualité. Plus le pied est petit, plus il est séduisant et sexuellement stimulant. Dans toutes les sociétés qui font usage de la chaussure, le pied a subi plus de déformations et de mutilations que toute autre partie du corps afin de répondre à cet esthétisme lilliputien, qui se veut résolument érotique.


(Lire la suite du billet sous la galerie)


Loading Slideshow...
  • Julianne Moore, Festival de Cannes 2013

  • Karlie Kloss, Festival de Cannes

  • Bai Ling, Festival de Cannes 2013

  • Audrey Tautou, Festival de Cannes 2013

  • Audrey Tautou, Festival de Cannes 2013

  • Victoria Silvstedt, Festival de Cannes 2013

  • Jennifer Lawrence

  • Dita Von Teese, Festival de Cannes 2013

  • Adele Exarchopoulos, Festival de Cannes

  • Nicole Kidman, Festival de Cannes 2013

  • Sarah Marshall, Festival de Cannes

  • Nicole Kidman (et Steven Spielberg), Festival de Cannes 2013

  • Eva Longoria, Festival de Cannes 2013

  • Katie Chang, Taissa Farmiga, Israel Broussard, Sofia Coppola, Claire Julien et Emma Watson (<em>The Bling Ring</em>), Festival de Cannes 2013

  • Les membres du jury, Festival de Cannes 2013

  • Halle Berry, le 5 mars 2013

  • Sol E. Romero, le 20 mai 2013

  • Isla Fisher, le 23 août 2012

  • Lady Gaga, le 8 mai 2012

  • Demi Lovato, le 11 mai 2013

  • Un modèle de chez Dennis Diem à la Fashion Week d'Amsterdam en janvier 2012.

  • Nicole Kidman, le 24 mars 2013

  • Kristin Kreuk, le 16 mai 2013

  • Paris Hilton, le 4 mai 2013

  • Chloe Grace Moretz, le 14 mai 2013

Les pratiques ancestrales chinoises qui comprimaient les pieds des femmes pour atteindre une taille minuscule peuvent nous sembler barbares. Mais des coutumes similaires ont été pratiquées en Europe, en Amérique et en Orient, jusqu'à récemment.

Aujourd'hui, si les femmes ont abandonné les bandelettes de coton blanc, elles acceptent toutefois de comprimer leurs pieds dans des chaussures trop petites et trop serrées. Elles consentent à subir bien des maux physiques s'ils font partie du plaisir des rapports amoureux. Et de tous les types de chaussures, les talons hauts sont toujours privilégiés, justement parce qu'ils servent à renforcer l'image érotique du pied menu et délicat.

Paradoxalement, les femmes témoignent de sensations érotiques agréables lorsqu'elles ont le pied étranglé et recouvert de cuir, comme s'il s'agissait d'une seconde peau. Bien prises, elles nourrissent l'impression exaltante d'un sex-appeal plus intense. Ainsi, la souffrance et la déformation s'inscrivent comme la promesse d'une plus grande attraction sexuelle et, par conséquent, permettraient la propagation de l'espèce.

Les femmes portent donc des chaussures étriquées qui servent d'appât érotique, alors que les hommes, de leur côté, continuent à satisfaire leur désir secret de domination et, de voir les femmes avec des pieds liés.

Les hommes camoufleraient-ils une âme sadique?
Aussi déroutant que ce soit, il n'est pas rare qu'un homme soit excité et jusqu'à l'érection en regardant une femme souffrir de ses chaussures hautes et exergues. Avec son pas raccourci, l'instabilité de sa démarche et le tac-tac-tac des talons en fond sonore, la juchée donne l'impression d'être quelque peu soumise et se voit soudainement, dans l'inconscient des prédateurs modernes, métamorphosée en une proie facile et vulnérable. Le pas entravé par les talons hauts, les semelles surélevées, les bouts pointus et les chaussures ajustées contribuent à l'image de la femme asservie.

Mais, consciente du pouvoir d'envoutement qu'elle peut exercer sur le voyeur, cette dernière a astucieusement su transformer les contraintes de prisonnières, en un redoutable piège érotique.

« Le charme des entraves est une fascination sexuelle abstraite de la contrainte subie, infligée ou simplement imaginée; le pied devient alors la source même de la séduction » ( Havelock Ellis)
Il n'est donc pas surprenant de constater que 85 % des ventes de chaussures, à l'échelle mondiale, soient des chaussures de type sexy!

Parmi les modèles les plus prisés, les chaussures à bouts pointus et aux talons hauts et minces volent la vedette : «parce que le bout long et pointu donne au pied un aspect phallique auquel nous sommes psychosexuellement attachés» et que nous nourrissons un profond fantasme sadomasochiste. Plus ça fait mal et plus ça plait!

Ainsi, aucune femme active sexuellement ne se résignera à abandonner ses talons ou à troquer ses chaussures sexys pour des chaussures insignifiantes, et ce, malgré tous les rapports médicaux alarmistes publiés à ce jour qui font état de nombreux maux associés au port de ces chaussures. Les quelques blessures de plaisir ou les cicatrices sexuelles ne représentent qu'un passage obligé pour satisfaire leur besoin de plaire et d'exprimer leur sensualité.

«C'est pourquoi les femmes ont de tout temps accepté une sorte de «podoalgolagnie », c'est-à-dire une déformation du pied par la chaussure au profit de l'attraction sexuelle.», nous dit William Rossi.

Il faut sans doute cesser d'accuser les designers de vouloir infliger aux femmes les pires tortures en créant des chaussures extravagantes, inconfortables, étouffantes et bien loin de la forme naturelle du pied.

Puisque la mode a pour but de modifier les formes et les dimensions du corps pour le rendre attractif, les créateurs de chaussures s'emploient à déployer toute leur ingéniosité pour charger cet accessoire d'érotisme. La chaussure, et particulièrement celle à talons hauts, demeurera toujours le plus puissant des leurres sexuels et certainement un élément incontournable dans la parade amoureuse des amants, des amants manifestement sadomasochistes!

 

Suivre Tina Karr sur Twitter: www.twitter.com/tinakarr

Suivre Le HuffPost Québec